4,7 milliards de dollars pour le rachat de BlackBerry par Fairfax

4,7 milliards de dollars pour le rachat de BlackBerry par Fairfax

Vendredi dernier, le groupe BlackBerry annonçait la suppression de 4 500 postes et l’abandon des marchés grand public. On parlait dernièrement de l’éventualité d’une cessation d’activité. Le groupe est sur le point d’être racheté pour 4,7 milliards de dollars par le Canadien Fairfax, premier actionnaire du groupe avec 10% des parts.

Publié le 24 septembre 2013 - 16:01 par La rédaction

La holding Canadienne Fairfax vient de faire une proposition de rachat de BlackBerry pour 4,7 milliards de dollars. Depuis hier, le groupe a accepté l’offre de rachat de l’un de ses actionnaires. Fairfax Financial Holding a proposé cette somme qui devrait provisoirement sauver l’entreprise. Cet actionnaire détient 10% des parts du groupe BlackBerry. Le rachat de 4.7 milliards de dollars en actions permettra dans un premier temps à BlackBerry de se retirer des marchés financiers et d’éviter la pression de la bourse. Les actionnaires doivent encore donner leur aval mais le conseil d’administration a déjà approuvé cette décision. En 2007, l’entreprise BlackBerry était valorisée à plus de 100 milliards de dollars. Hier soir le titre a terminé sa journée à 8,72 $ à New York, alors qu’en 2007, ce titre était coté à 230 $. La sortie de la Bourse du groupe pourrait selon certains experts amener l’entreprise à être démantelée à l’abri des soubresauts des marchés financiers. Le groupe compte encore 70 millions de clients dans le monde, pour la plupart équipés d’anciens modèles de smartphones.

La descente aux enfers

La firme Canadienne a perdu son élan et n’a pas pu suivre le rythme imposé par ses rivaux, s’est peut-être trop accrochée à son clavier et le temps qu’ils se décident à développer et sortir un écran tactile, il était trop tard. Selon la firme spécialisée IDC, le groupe ne pèse plus que 3 % du marché des smartphones, quand le système Android équipe 8 téléphones sur 10 dans le monde et Apple 13 %. Les nouveaux modèles de smartphone, le Z10 et le Q10, dernières tentatives du groupe pour faire redémarrer ses ventes, n’ont pas eu l’effet escompté. Entre juin et septembre, BlackBerry n’a ainsi vendu que 3,7 millions de smartphones, presque deux fois moins qu’en 2012. La situation financière du groupe était également très perturbée. Vendredi dernier, l’entreprise accusait une perte opérationnelle de 735 millions d’euros environ avec un chiffre d’affaires qui avait chuté de 45%, à seulement 1,6 milliard de dollars. Dans un communiqué, BlackBerry a confirmé qu’il avait signé une lettre d’accord de principe pour son rachat par le consortium. Le groupe dispose maintenant de six semaines avant la finalisation de l’offre pour trouver un meilleur acheteur s’il le souhaite.

Publicité

Ailleurs sur le web