Affaire FBI-Apple : le FBI aurait trouvé de l'aide auprès de la société Cellebrite

Affaire FBI-Apple : le FBI aurait trouvé de l’aide auprès de la société Cellebrite

Dans l’affaire qui oppose Apple et le FBI, les enquêteurs fédéraux auraient trouvé une méthode pour pirater l’iPhone 5C du tueur de San Bernardino, avec l’aide de la société Cellebrite basée en Israël.

Publié le 24 mars 2016 - 8:39 par François Giraud

Cellebrite aiderait le FBI à décrypter l’iPhone 5C du tueur de San Bernardino

Selon diverses sources, les autorités américaines, et en particulier le FBI, aurait trouvé une méthode pour lire le contenu des iPhone d’Apple, sans devoir demander des autorisations au groupe américain. L’objectif des autorités fédérales serait de pouvoir accéder à l’iPhone de l’un des auteurs des attentats de San Bernardino qui se sont déroulés en décembre dernier. Le FBI pourrait pirater l’iPhone 5C de l’auteur des faits avec une méthode démontrée par des hackers. On apprend aujourd’hui que la société Israélienne Cellebrite viendrait en aide au enquêteurs fédéraux.

Une audition entre le FBI et Apple devait avoir lieu ce mardi au tribunal de Riverside en Californie, mais le gouvernement américain a fait annuler cette audience. Elle avait pour objectif d’obliger Apple à ouvrir l’accès à ses iPhone, mais le FBI pourrait contourner le système de sécurité et ne plus avoir besoin de l’aide d’Apple pour accéder aux iPhone concernés. Le FBI a donc déposé une motion lundi soir pour faire annuler l’audience ce ce mardi, souhaitant d’abord tester la solution qui s’est offerte à lui ce week-end. La tierce partie qui pourrait aider le FBI à décrypter l’iPhone et accéder aux données serait la société Cellebrite.

apple

Publicité

Suite à ce bras de fer, un juge californien devait statuer ce mardi 22 mars sur les demandes des enquêteurs fédéraux qui veulent qu’Apple débloque les iPhone des auteurs de la tuerie de San Bernardino qui avait fait 14 morts en décembre dernier. Apple avait saisi les tribunaux pour contester la demande des enquêteurs fédéraux, prônant la sécurité des données confidentielles des utilisateurs d’iPhone. Mais le FBI n’aurait finalement pas besoin de l’accord d’un juge, car il pourrait compter sur la société Cellebrite pour accéder aux contenus de l’iPhone 5C du tueur de San Bernardino.

Cette société Cellebrite est une filiale du groupe Sun Corporation. Elle a été créée en 1999 et emploie 400 personnes en Israël, aux USA, au Brésil, en Allemagne, au Royaume-Uni ainsi qu’à Singapour. Elle propose divers services dont UFED pour Universal Forensix Extractive Device, un service utilisé par les autorités pour décrypter et analyser les contenus exploitables des terminaux mobiles, dont les iPhone. D’autres outils haut de gamme sont également disponibles pour les enquêteurs. Un contrat aurait été signé entre Cellebrite et le FBI le 21 mars dernier, ce qui permettrait aux enquêteurs fédéraux d’accéder aux données des iPhone ciblés sans avoir besoin de l’aide de la marque à la Pomme.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *