Alcatel-Lucent entame une restructuration et réduit ses pertes ce trimestre

Alcatel-Lucent entame une restructuration et réduit ses pertes ce trimestre

L’équipementier vient de dévoiler ses résultats pour le troisième trimestre.Il enregistre une hausse de son chiffre d’affaires de 7% à 3,668 milliards d’euros grâce à une augmentation de 13,6% des revenus en Amérique du Nord pour une marge brute de 1,2 milliard d’euros malgré une perte nette de 200 millions d’euros et une dépense de 218 millions d’euros en trésorerie.

Publié le 31 octobre 2013 - 14:47 par La rédaction

Alactel Lucent voit son chiffre d’affaires progresser au troisième trimestre à 3,7 milliards d’euros, soit une progression de 7% malgré une perte nette de 200 millions d’euros. cette perte est relative car elle se situait à 366 millions d’euros un an auparavant à la même période. Sur la perte de 200 millions d’euros pour ce dernier trimestre, on notera que 117 millions d’euros sont dus à des charges de restructuration. Le groupe est en pleine réorganisation et prévoit le licenciement de 900 personnes sur le plan national. Les résultats dévoilés ce trimestre ont agréablement surpris les analystes financiers qui prévoyaient un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d’euros et une marge brute de 1,1 milliard d’euros.

900 emplois sont menacés en France

Le groupe travaille sur l’amélioration de ses solutions d’accès au très haut débit mais également sur les réseaux IP. De nouveaux clients ont permis d’atteindre ces résultats encourageants. Les revenus générés en Europe de l’Ouest ont progressé de 5%. Le directeur général du groupe, Michel Combes a annoncé que des économies à hauteur de 250 à 300 millions d’euros pour l’ensemble de l’année 2013 seront possibles en passant par des réductions notoires des effectifs. Au début du mois, Alcatel-Lucent avait annoncé la suppression de 10 000 emplois dans le monde d’ici à fin 2015. Au sein de l’hexagone, ce sont 900 postes qui sont menacés. Le Premier ministre a demandé une révision du plan de restructuration afin de sauver les emplois et les sites. Mercredi 30 octobre une conférence sociale a commencé entre la direction du groupe et les organisations syndicales. Ils souhaitent connaitre des précisions sur les emplois concernés par le plan Shift de Michel Combes. Deux sites seront fermés (Rennes et Toulouse) tandis que trois autres implantations du groupe à Eu (Seine-Maritime) en Haute Normandie, Ormes (Loiret) et Orvault (Loire-Atlantique) seront cédés d’ici à la fin 2015. Le plan Shift prévu par le directeur général au mois de juin 2013 doit remettre le groupe sur le chemin de la rentabilité et sortir l’entreprise de la crise.

Advertisements

Ailleurs sur le web