Altice confirme son offre de rachat de Bouygues Telecom

Altice, la maison mère du groupe SFR-Numericable vient de confirmer son offre de rachat de l’opérateur Bouygues Telecom, évoquée ce weekend par le Journal du dimanche (JDD). Les modalités de cette transaction n’ont cependant pas été révélées par Patrick Drahi. Le montant de la transaction s’élevant à 10 milliards d’euros n’a pas non plus été confirmé.

bt-sfr

Le gouvernement, en la personne d’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie n’était pas d’accord avec cette acquisition, mais comme le gouvernement n’a aucune part au sein de Bouygues Telecom ou de SFR-Numericable, il ne peut pas s’opposer à ce rachat. Le paysage de la téléphonie mobile pourrait donc très prochainement passer à trois opérateurs, Orange, l’opérateur historique, « SFR-Numericable-Bouygues Telecom » et Free Mobile, le groupe de Xavier Niel. En rachetant Bouygues Telecom, SFR-Numericable deviendrait le premier opérateur mobile français et occuperait 50% du marché. Il deviendrait le deuxième opérateur de l’hexagone, juste derrière l’opérateur historique Orange. Si cette transaction se réalisait, SFR-Numericable pourrait revendre des actifs à Iliad, maison mère de Free Mobile. Des négociations auraient été entamées ce lundi 22 juin 2015. Le groupe de Xavier Niel reprendrait certaines fréquences, une partie des boutiques de Bouygues Telecom et des antennes.

Emmanuel Macron s’oppose au rachat, Manuel Valls pose cinq conditions

Emmanuel Macron, ministre de l’Economie a convoqué Patrick Drahi ce mardi à 19h à Bercy. De son côté, Manuel Valls, Premier ministre a posé cinq conditions à ce rapprochement et a indiqué que le gouvernement ne soutiendrait pas les opérateurs s’ils ne respectent pas ces engagements, précisant, l’emploi, la vente de fréquences, l’innovation, l’investissement et la qualité des services.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here