Amazon veut tester ses drones et menace la FAA

Amazon veut tester ses drones et menace la FAA

Amazon veut débuter les tests de ses drones, mais la FAA empêche le groupe d’effectuer des vols sur le sol américain. Amazon « menace » l’autorité de délocaliser ses drones !

Publié le 9 décembre 2014 - 15:04 par François Giraud

Amazon délocalisera des emplois si les tests des drones sont impossibles

Le groupe de Jeff Bezos avait annoncé vouloir tester ses drones sur le sol américain et avait effectué des démarches auprès de la FAA, la Fédération Américaine de l’Aviation aux Etats-Unis, mais cette dernière tarderait à donner son aval à Amazon pour que des tests de vols soient effectués. La réglementation qui doit être mise en place pour réguler les vols de drones tarde trop selon le géant du e-commerce. Ce dernier vient d’envoyer un courrier à la FAA et menace de délocaliser ses recherches sur les drones dans un pays où la législation serait plus souple. Pire encore, le géant a indiqué qu’il emporterait avec lui ses investissements et les emplois qu’il avait initialement prévu de créer.

Amazon Prime Air

Publicité

Dans son courrier adressé à la FAA, Amazon indique ne pas avoir le choix

Le géant du e-commerce qui vient d’adresser un courrier « salé » à la FAA indique que s’il ne peut pas effectuer les vols pour tester ses drones dans le cadre de son programme Amazon Prime Aire, il n’aura pas d’autre choix que d’effectuer les tests ailleurs, en dehors des Etats-Unis. Probablement en Inde ou au Royaume-Uni, là où il teste déjà certains dispositifs de drones. Amazon demande à la FAA de réagir rapidement à sa demande, mais la FAA tarde à mettre en place une réglementation pour le vol des drones.

Dans son courrier adressé à la FAA et repéré par le Wall Street Journal, Amazon a écrit que « Sans approbation de nos tests aux Etats-Unis, nous serons contraints de déplacer encore plus nos activités de recherche et développement sur la livraison par drones à l’étranger ». Le document fait également état d’investissements et d’emplois qui seraient délocalisés. Depuis le mois de juillet, Amazon attend les autorisations de la FAA et commence à perdre patience. Amazon indique ne pas menacer la FAA mais précise qu’il pourrait très bien aller voir ailleurs. En France, les vols sont soumis aux autorisations de la DGAC, la Direction Générale de l’Aviation Civile, mais la législation autoriserait Amazon à réaliser ses tests.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *