Ben Edelman, professeur de la Harvard Business School,  s’est procuré le contrat d’accord de distribution des applications mobiles de Google (Mobile Application Distribution Agreement), ou MADA. Ce document révèle ce que la firme de Mountain View impose aux constructeurs pour obtenir la certification Android. Le Wall Street Journal a également mis la main sur des documents officiels sur les accords passés entre Google, HTC et Samsung, qui confirment bien qu’Android n’est plus vraiment un OS ouvert. Le MADA passé entre Google, HTC et Samsung indique que l’utilisation d’Android impose aux fabricants (OEM) à mettre en place sur leurs mobiles l’ensemble des services de Google.

Document MADA Android révélé par Ben Edelman
Document MADA Android révélé par Ben Edelman

Le document indique où les icônes doivent être placées, comme par exemple Google Play qui doit être positionné sur la première page d’icônes. Le logo d’Android est également soumis au règlement du MADA. Les OEM ne peuvent pas, bien évidement précharger un code pouvant potentiellement affecter une application de Google. Plus étonnant, pour pouvoir profiter du répertoire de Google Play, les constructeurs devront préinstaller pratiquement toutes les applications sur l’appareil avec un certain nombre d’entre elles qui devront être placées sur l’écran d’accueil du mobile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here