App Store : 256 applications collectant des données utilisateurs sont retirées par Apple

App Store : 256 applications collectant des données utilisateurs sont retirées par Apple

Apple vient de faire le ménage au sein de son App Store. 256 applications qui collectaient des données personnelles des utilisateurs ont été bannies de la boutique d’application du groupe.

Publié le 20 octobre 2015 - 17:25 par François Giraud

Apple supprime 256 applications trop curieuses de son App Store

Apple vient de retirer plus de 250 applications de son App Store après avoir découvert qu’elles utilisaient un kit de développement non conforme et qu’elles collectaient des informations confidentielles sur les utilisateurs sans leur consentement. Le groupe de Tim Cook a donc banni 256 applications intégrant un service publicitaire chinois appelé Youmi qui collectait des données confidentielles sur les utilisateurs d’iPhone et d’iPad.

Apple a indiqué dans un communiqué envoyé par email à l’AFP avoir identifié un groupe d’applications qui utilise un kit de développement SDK publicitaire développé par Youmi, collectant des données privées, comme le courriel de l’utilisateur ou des identifiants de l’appareil, et qui transmet ces données vers les serveurs de l’entreprise. Cette pratique est une violation des règles de sécurité et de protection des données d’Apple.

app store applications

Publicité

Suite à cette découverte, la marque à la Pomme a retiré les applications utilisant ce SDK de Youmi et toute nouvelle application utilisant le même kit de développement sera rejetée. Pour qu’une application soit acceptée au sein de l’App Store, de nombreuses règles strictes sont à respecter. Le SDK doit être officiel et conforme fourni par Apple avec Xcode. SourceDNA, une entreprise indépendante qui analyse le code des applications a repéré plusieurs centaines d’applications utilisant un SDK non officiel donc considéré comme malveillant.

Ce SDK non conforme permettrait d’aider certaines entreprises à gérer les publicités et feraient appel à des API privées d’iOS, dont le groupe américain n’autorise pas l’exploitation. La firme de Cupertino indique collaborer avec les développeurs des applications concernées pour les aider à les mettre à jour afin qu’elles soient plus sécurisées pour les consommateurs et conformes aux règles en vigueur.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *