Apple, Google, Intel, Adobe: éviter les fuites de talents n'est pas du goût de la justice

Apple, Google, Intel, Adobe: éviter les fuites de talents n’est pas du goût de la justice

La justice américaine par le biais de la juge Lucy Koh vient de refuser l’accord amiable qui était convenu entre les géants Apple, Google, Intel et Adobe avec leurs employés pour ne pas débaucher.

Publié le 11 août 2014 - 14:08 par François Giraud

Apple, Google, Intel et Adobe souhaitaient trouver un accord avec leurs salariés afin de ne pas débaucher. La justice américaine représentée par le juge Lucy Koh a décidé de rejeter l’accord des géants du Web estimant que la somme de 324 millions de dollars qui concluait cet accord et décidée en avril dernier n’était pas suffisante. La juge considère que les sociétés incriminées pourraient au moins conclure un accord avec une somme de 380 millions de dollars, soit 56 millions de dollars supplémentaires par rapport à la proposition initiale.

64 000 salariés de la Silicon Valley au cœur de l’affaire

Les employés des sociétés qui se trouvent au cœur de cette affaire avaient accepté l’accord de 324 millions de dollars, mais la justice en a décidé autrement. Les négociations risquent d’être figées car la juge Lucy Koh a tous les pouvoirs pour décider des sommes engagées. Initialement, les quatre géants du high-tech avaient passé un accord et avaient indiqué ne pas aller débaucher chez un concurrent. Ainsi, Adobe ne pouvait pas débaucher un employé de Google, et ainsi de suite. Mais les salariés des diverses sociétés au nombre total de 64 000 dans cette affaire avaient refusé cet accord à l’amiable, d’où la plainte déposée. C’est donc la justice qui tranchera.

Advertisements

Ailleurs sur le web