Apple iPhone 6, un smartphone trop sécurisé qui ne plaît pas au FBI

Apple iPhone 6, un smartphone trop sécurisé qui ne plaît pas au FBI

Apple enregistre un réel succès avec les ventes de ses iPhone 6. Mais le FBI commence à s’inquiéter car ce nouveau smartphone permet de mieux sécuriser les données et pourrait permettre à certaines personnes d’agir au-dessus des lois indique James Comey, le directeur du FBI.

Publié le 30 septembre 2014 - 15:07 par François Giraud

L’iPhone 6 d’Apple connaît un réel succès et la marque à la Pomme ne peut que se satisfaire des ventes de ses nouveaux smartphones. Mais ce réel succès n’est pas du goût de James Comey, le directeur du FBI. En effet, Apple a développé pour son nouveau vaisseau amiral des mesures de cryptage de données importantes permettant de préserver la vie privée des utilisateurs. Cette sécurisation accrue des données ne plaît pas particulièrement au directeur du FBI qui indique « qu’il s’agit d’un moyen pour certaines personnes d’agir au-dessus des lois. »

Apple ne peut plus répondre aux demandes des autorités

Apple avait annoncé qu’il mettrait en place de nouvelles mesures de sécurité pour empêcher aux autorités d’avoir accès aux données personnelles des utilisateurs de ses smartphones et tablettes. Ces mesures de cryptage de données ont été mises en place pour préserver la vie privée des utilisateurs mais ne sont pas appréciées par James Comey, le directeur du FBI. Apple avait récemment annoncé qu’il ne pourrait plus fournir aux autorités les données contenues dans les terminaux équipés d’iOS 8, dont les iPhone 6. Le chiffrement de données utiliséés par Apple avec ce nouvel OS mobile ne peut plus être décrypté sans le mot de passe utilisateur. Les autorités ne peuvent donc plus accéder aux emails, photos ou contacts des personnes qui disposent d’un iPhone de dernière génération. Apple ne peut donc pas collaborer avec les autorités et répondre aux demandes gouvernementales.

James Comey, directeur du FBI est inquiet

James Comey, directeur du FBI est inquiet car l’iPhone 6 pourrait selon lui servir à certaines personnes d’agir au-dessus des lois. Une source anonyme a indiqué au New York Times que les terroristes vont rapidement profiter du système. John JL Eclalante, responsable du département d’enquête de la police de Chicago a indiqué que les téléphones Apple vont devenir les smartphones préférés des pédophiles et que la police ne pourrait plus faire son travail correctement. Apple n’a pas indiqué ce qu’il comptait faire au niveau des sauvegardes stockées dans le Cloud, qui contiennent entre autres les données des utilisateurs.

Advertisements

Ailleurs sur le web