Apple ne veut pas créer de backdoor sur les iPhone pour le FBI

Apple ne veut pas créer de backdoor sur les iPhone pour le FBI

Suite à la tuerie de San Bernardino, les procureurs reprochent à Apple de ne pas avoir ouvert l’accès à un iPhone 5c, dont l’auteur des faits était en possession. Le FBI demande le soutien de la justice pour obliger Apple à coopérer.

Publié le 18 février 2016 - 8:39 par François Giraud

Apple refuse de créer des « portes secrètes » pour offrir un accès aux iPhone au FBI

Suite à l’attaque de San Bernardino, l’un des auteurs des faits disposait d’un iPhone 5c. Le FBI a demandé à Apple de coopérer et d’ouvrir une porte dérobée (backdoor) au sein des iPhone, ce que Tim Cook refuse catégoriquement.

Mais le FBI a demandé l’appui de la justice américaine pour l’aider et pousser Apple à coopérer. Suite à cette attaque terroriste, le débat est de savoir si la justice peut imposer à Tim Cook d’installer des portes secrètes au sein des iPhone. La justice a ordonné Apple à coopérer avec les autorités mais Tim Cook refuse publiquement d’ouvrir des backdoor. Une cour fédérale a ordonné à Apple de coopérer avec le département technique du FBI et de déverrouiller le chiffrement d’iOS sur l’iPhone 5c du tueur de San Bernardino.

iphone-5c

Publicité

De plus en plus d’utilisateurs achètent des smartphones équipés d’un dispositif de cryptage des données, depuis les révélations des écoutes téléphoniques réalisées par la NSA. Tim Cook défend la confidentialité des données privées des utilisateurs et ne veut pas mettre en place de « portes secrètes » permettant un accès aux autorités pour accéder aux données des iPhone.

Les autorités américaines souhaitent qu’iOS soit modifié ou changé

La justice comprend que la marque à la Pomme ne peut pas déchiffrer les données des smartphones les plus récents car la firme de Tim Cook ne dispose tout simplement pas d’un « double » de la clé utilisée par le système. De ce fait, le FBI souhaite pouvoir accéder aux iPhone en piratant ces derniers, et de cracker le mot de passe. La justice a demandé à Tim Cook de désactiver l’effacement automatique des données après dix essais de mot de passe erronés. le FBI avec l’appui de la NSA veut utiliser un logiciel permettant de retrouver la combinaison du mot de passe du tueur et accéder à son smartphone.

Tim Cook reçoit le soutien de Sundar Pichai, PDG de Google

Tim Cook a reçu le soutien de Sundar Pichai ce mercredi soir. Ce dernier a publié sur Twitter que « forcer une entreprise à autoriser le kacking pourrait compromettre la vie privée des utilisateurs. Les autorités américaines veulent qu’Apple créée une autre version de son OS mobile, qui serait accessible dans certains cas d’urgence aux autorités. Mais Tim Cook n’a aucune garantie que le gouvernement ne s’en tiendra qu’à ces cas extrêmes et ne souhaite pas prendre le risque de compromettre les données confidentielles de ses utilisateurs.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *