Après le piratage de ses données, Snapchat a désormais des problèmes de Spam!

Après le piratage de ses données, Snapchat a désormais des problèmes de Spam!

Créée par des étudiants de l’université de Stanford, l’application Snapchat avait été piratée. De nombreux comptes ont été compromis. Des données confidentielles sur les comptes étaient dévoilées publiquement sur la toile. Snapchat s’était enterré dans un silence religieux et vient enfin de faire des excuses et publie une mise à jour… au bout de dix jours.

Publié le 10 janvier 2014 - 14:46 par François Giraud

L’application qui permet d’échanger des photos pendant un cours instant entre deux correspondants a rencontré une difficulté de taille. Ce ne sont pas moins de 4,6 millions de comptes qui se sont retrouvés sur Internet avec leurs informations rendues disponibles publiquement, ce qui peut être gênant au regard de la nature des photos échangées. Cette application remporte un vif succès aux Etats-Unis avec plus de 400 millions de messages échangés par jour au mois de septembre 2013. Les principaux utilisateurs sont jeunes. Leur nombre ne cesse d’évoluer (+ 150 millions entre juin et septembre 2013).

Snapchat: 4,6 millions de compte dévoilés sur la toile

Snapchat: 4,6 millions de compte dévoilés sur la toile

Des données confidentielles sur 4,6 millions de comptes Snapchat ont été dévoilées sur la toile. Les identifiants et les numéros de téléphone des utilisateurs se sont retrouvés sur Internet. Un groupe de pirates est à l’origine de cette vulnérabilité. Ils indiquent que Snapchat ne prend pas assez de mesures de protection de ses utilisateurs. Les hackers ont tout de même masqué les deux derniers chiffres des numéros de téléphone. Ce jeudi le service Snapchat a publié une mise à jour de son application sous iOS et Android qui vient corriger la faille de sécurité et l’entreprise a présenté officiellement ses excuses. Le service a été mis à jour au bout de dix jours et aucune excuse n’avaient été présentées par l’entreprise. L’entreprise avait été informées depuis le mois d’août 2013 d’une faille de sécurité au sein de son application par le groupe Gibson Security mais n’en avait pas tenu compte.

Advertisements

Ailleurs sur le web