AZERTY : le ministère de la Culture souhaite un clavier unique et normalisé

AZERTY : le ministère de la Culture souhaite un clavier unique et normalisé

Le ministère de la Culture souhaiterait mettre en place un clavier normalisé pour remplacer le clavier AZERTY afin de respecter la langue française ainsi que les spécificités des différentes régions.

Publié le 19 janvier 2016 - 8:54 par François Giraud

AZERTY : vers un clavier normalisé et adapté à la langue française

Le ministère de la Culture souhaitant que la langue française soit respectée, veut normaliser les claviers informatiques et modifier celui de type AZERTY. Il a demandé à l’AFNOR de trouver une norme adaptée aux US coutumes de la langue de Molière.

Le gouvernement souhaite que les éditeurs et constructeurs se réunissent pour trouver une solution de remplacement au clavier tel qu’on le connaît actuellement, notamment pour permettre de retrouver des caractères et des formes issues de la langue française, qui ne sont pas présentes sur ce type de clavier.

clavier_azerty_final_02

Publicité

Le ministre de la Culture pense aux termes tels qu’ æ, œ, et les lettres en capitales Æ et Œ . Les constructeurs précisent qu’il peut être compliqué de normaliser les claviers pour répondre aux attentes du gouvernement mais ce dernier vient de faire appel à l’Association française de Normalisation afin de définir une norme adaptée aux spécificités de la langue de Molière.

Le ministre de la Culture a demandé à l’AFNOR de lui transmettre les difficultés rencontrées avec l’utilisation des claviers AZERTY  puis de proposer un projet de texte collaboratif qui sera ensuite présenté en enquête publique. Rappelons que les pays membres de l’UE ont déjà adopté un clavier qui répond aux spécificités de leur langue, ce qui n’est toujours pas le cas pour la France. Le futur clavier francophone pourrait également disposer de spécificités des langues régionales, comme le Breton, le Basque, le Flamand ou encore l’Alsacien ou l’Occitan. Le projet devrait être bouclé pour l’été 2016 puis présenté au public afin de connaître les retours utilisateurs.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *