Une batterie surprenante découverte par hasard

Un chercheur vient de découvrir par le plus pur des hasards, une batterie aux propriétés surprenantes. Elle est 250 fois plus résistante que les modèles actuels, qui peut tenir plusieurs centaines de milliers de cycles de charge contre 7 000 environ pour les batteries au lithium qui équipent de nombreux produits du quotidien. Cette batterie « du futur » dure 400 fois plus longtemps que celles qui sont actuellement intégrés à nos smartphones, tablettes ou appareils nomades.

mya-le-thai-inventrice-par-accidente

Du stéthoscope au Coca-Cola, de nombreuses inventions sont le fruit du hasard

De nombreuses inventions ou découvertes sont le fruit du hasard. Parmi les plus connues, on peut citer la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb le 12 octobre 1492 alors qu’il cherchait à rallier le Japon et la Chine, la découverte du polyéthylène synthétisé par accident par le chimiste allemand Hans Von Pechmann en 1898, le stéthoscope par René Laennec en 1816 à l’aide d’un rouleau réalisé avec une feuille de papier, qui une fois appliqué sur la poitrine de sa patiente, lui a permis d’entendre les battements de son cœur ou encore le langage Java, qui n’était pas prévu lors de son développement, la tarte Tatin, le Nutella et le très populaire Coca-Cola, fruit d’une erreur d’un patient qui dilua un sirop médicamenteux avec de l’eau gazeuse.

Une batterie qui supporte des centaines de milliers de cycles de charge et décharge

Comme le hasard fait parfois bien les choses, certaines inventions peuvent être le fruit d’une erreur humaine ou d’un accident. C’est le cas pour une étudiante de l’Université d’Irvine, en Californie qui vient de découvrir, accidentellement, le moyen de prolonger la durée de vie des batteries lithium, telles que nous les utilisons au quotidien. Le chercheur Mya Le Thai, étudiante en chimie testait la résistance des batteries. Des chercheurs réalisaient les mêmes travaux, souhaitant prolonger la durée de vie des batteries, en insérant des nano-fils d’or afin d’améliorer leur résistance, sans réels succès. Mya Le Thai, sans le faire volontairement, recouvre ces deniers d’une très fine couche de gel de Plexiglas et, surprise, a découvert que la capacité des batteries n’était pas altérée, même après plusieurs centaines de milliers de cycles de charge.

Une infinité d’applications possibles

Afin de valider l’expérience, l’équipe de chercheurs a intégré le nano-fil d’or dans une enveloppe en dioxyde de manganèse et a abandonné le lithium au profit d’un gel électrolyte. Après plusieurs mois de tests, ils ont découvert que la batterie pouvait être opérationnelle après 200 000 cycles de charge et de décharge. L’équipe de chercheurs a indiqué dans leur article que « tous les transistors à nano-fils peuvent être portés de 2 000 à 8 000 cycles et jusqu’à plus de 100 000 cycles simplement en remplaçant un liquide électrolyte par un gel électrolyte ». Les applications sont très nombreuses et permettront, un jour, d’alimenter pour une durée importante, nos ordinateurs portables, nos smartphones, des procédés médicaux implantables ou encore trouver des applications au niveau de l’aérospatiale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here