Le consortium BMW, Daimler et Audi fait l’acquisition de Nokia Here Maps

Le service de cartographie Here Maps de Nokia vient d’être racheté par un consortium composé de trois constructeurs automobiles, BMW, Daimler et Audi, pour un montant de 2,8 milliards d’euros. Une acquisition qui va permettre de se confronter au système proposé par le géant du Web, Google Maps. La transaction sera effective avant le premier trimestre de l’année prochaine.

Nokia vient d’annoncer ce lundi que son service de cartographie Here Maps va désormais appartenir au consortium de constructeurs automobiles Audi-BMW-Daimler. Le Finlandais Nokia a indiqué que cette transaction s’est effectuée sur la base d’une valeur d’entreprise de 2,8 milliards d’euros et le groupe empochera la somme de 2,5 milliards d’euros. D’autres groupes souhaitaient faire l’acquisition du service de cartographie de Nokia, des géants du numérique tels que Apple, Amazon, Facebook ou encore Alibaba. La société Uber était également intéressée pour racheter Nokia Here Maps.

BN-JM357_nokiah_M_20150721112807

Avec cette acquisition, le consortium va pouvoir se positionner face à Google Maps qui compte bien proposer une solution embarquée à bord des véhicules. Après ce rachat, le trio Audi, BMW et Daimler pourrait proposer à d’autres constructeurs automobiles d’investir au sein de Nokia Here, des groupes tels que Renault, Peugeot, Ford, Fiat ou encore General Motors. Suite à cette transaction, Nokia se divisera en deux entités. La première qui sera Nokia Networks et la seconde, Nokia Technologies qui gère les brevets appartenant au groupe Finlandais.

Objectif : se démarquer de Google

Les trois constructeurs, qui sont habituellement des concurrents, n’ont pas souhaité laisser passer cette opportunité de racheter le service de cartographie de Nokia. Le trio a indiqué dans un communiqué  que « pour l’industrie automobile, c’est la base de nouveaux systèmes d’assistance et, à terme, de la conduite pleinement autonome ». Cette acquisition s’inscrit dans le cadre d’un développement des systèmes embarqués à bord des futures voitures autonomes. Les constructeurs automobiles ne souhaitent pas que le géant du Web, Google, ait une position dominante dans ce domaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here