Bouygues et SFR mutualisent leurs réseaux pour couvrir 57% de la population Française

Bouygues et SFR mutualisent leurs réseaux pour couvrir 57% de la population Française

Bouygues Telecom et SFR viennent de signer un accord afin de mutualiser leurs réseaux mobiles. Ils vont désormais exploiter des antennes ensemble et ainsi réduire leurs coûts. L’accord de mutualisation de réseaux mobiles a été signé ce vendredi 31 janvier 2014 et va permettre de couvrir 57% de la population Française.

Publié le 1 février 2014 - 9:30 par François Giraud

Afin de pouvoir proposer une meilleure couverture à leurs clients respectifs et de réduire leurs coûts, les opérateurs SFR et Bouygues Telecom viennent de signer un accord ce vendredi 31 janvier 2014. En mutualisant leurs réseaux mobiles, ils vont désormais couvrir 57% de la population Française, ce qui correspond à l’ensemble de l’hexagone en dehors des 32 plus grosses agglomérations supérieures à 200 000 habitants et les zones blanches.

Une mutualisation des réseaux mobiles pour réduire les coûts

Une zone commune aux deux opérateurs est donc créée, un nouveau réseau partagé permettant aux deux opérateurs d’améliorer leur couverture mobile et de réaliser des économies. Cet accord repose sur deux principes: la création d’une société ad-hoc commune pour gérer le patrimoine des sites radio mis en commun et la prestation de services RAN-sharing que se rendront tour à tour les opérateurs en 2G, 3G et 4G sur la zone partagée. Chaque opérateur conservera son autonomie au niveau de ses prestations tarifées, de ses services, et de leur indépendance commerciale. Dans un communiqué, il est indiqué que cet accord repose sur une confiance réciproque permettant aux deux opérateurs de relever des défis face à l’explosion des nouveaux usages en Internet mobile et l’investissement dans les réseaux à très haut débit. L’entreprise commune qui a été créée gérera les sites radios mis en commun suivant les recommandations de l’Autorité de la concurrence publiées dans son avis de mars 2013. Cet accord devra aboutir à la finalisation du réseau cible avant fin 2017 après avoir été validé par l’Arcep, le régulateur des télécoms qui vérifiera la conformité par rapport au cadre réglementaire.

Advertisements

Ailleurs sur le web