Evgueni Mikhaïlovitch Bogachev, un cybercriminel russe activement recherché

Le FBI est à la recherche de l’un des plus importants cybercriminels en activité et offre jusqu’à trois millions de dollars de récompense pour le retrouver ou disposer d’informations permettant son arrestation. Evgueni Mikhaïlovitch Bogachev, également connu sous le pseudo de « lucky12345 » ou « slavik » est accusé d’avoir injecté un virus au sein de plus d’un million d’ordinateurs et d’avoir été l’administrateur du réseau qui a implanté ce malware. Il est soupçonné d’être à la tête du malware GameOver Zeus, un botnet qui a permis de dérober plus de 100 millions de dollars.

GameOver Zeus fait son apparition en 2011

GameOver Zeus est un malware apparu en 2011, qui fait suite au célèbre botnet « Zeus », découvert en 2007. Le logiciel malveillant que le cybercriminel russe aurait implanté dans de nombreux ordinateurs permettrait de voler des données, notamment des codes d’accès offrant la possibilité d’accéder à des services financiers. Entre 500 000 et un million d’ordinateurs auraient été infectés sur la planète. Le hacker russe est poursuivi par Washington pour piratage informatique, fraude électronique et bancaire, blanchiment d’argent et crime organisé.

4557227_fiche-new_545x460_autocrop

William Brownfield, chargé de la coopération judiciaire internationale au Département d’Etat a indiqué que Bogachev est peut-être le plus important cybercriminel de la planète. Une banque située en Floride aurait vu disparaître 7 millions de dollars de l’un de ses comptes en 2012 suite à l’infection de l’un de ses ordinateurs par le botnet en question. L’enquête menée par le FBI sur ce malware a impliqué plusieurs pays dont les Pays-Bas, l’Australie, le Royaume-Uni, la France, la Suisse, l’Italie, le Japon ou encore le Luxembourg.

Le hacker de 31 ans, activement recherché par le FBI, vivrait en Russie. L’enquête sur GameOver Zeus a débuté en Pennsylvanie en 2012 et une première opération de police s’était déroulée le 23 mai 2014 avec pour objectif de couper les lignes de communication entre les ordinateurs piratés et le réseau qui est à l’origine du botnet. Les enquêteurs ont également découvert que le hacker russe effectuait du chantage auprès des propriétaires d’ordinateurs infectés et leur réclamait une rançon pour qu’ils puissent s’en resservir convenablement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here