Dell sort de la bourse via un deal géant de 24,4 milliards de dollars

Dell sort de la bourse via un deal géant de 24,4 milliards de dollars

Dans une gigantesque transaction de 24,4 milliards de dollars, l’entreprise Dell quitte l’univers tumultueux des cotations boursières et devient une entreprise 100% privée, aux mains entre autres de Michael Dell son fondateur. C’est désormais officiel, Dell a bouclé le financement de son propre rachat qui permet à l’entreprise de micro-informatique de quitter le marché boursier […]

Publié le 5 février 2013 - 15:51 par La rédaction

Dans une gigantesque transaction de 24,4 milliards de dollars, l’entreprise Dell quitte l’univers tumultueux des cotations boursières et devient une entreprise 100% privée, aux mains entre autres de Michael Dell son fondateur.

C’est désormais officiel, Dell a bouclé le financement de son propre rachat qui permet à l’entreprise de micro-informatique de quitter le marché boursier pour retourner dans des mains privées, notamment celles de son fondateur et ses financiers. Pour ce faire Michael Dell a reçu l’appui de fonds provenant de Silver Lake et de MSD Capital ainsi qu’un prêt de 2 milliards de dollars consenti par… Microsoft. Différentes banques ont également mis la main au coffre pour prêter à Dell les montants suffisants. Pour ce qui est des actionnaires actuels de l’entreprise Dell, ils recevront chacun 13,65 dollars par action, soit près d’un quart de plus que la valeur de clôture du 11 janvier 2013, soit, selon Dell, le dernier jour où la bourse a réagi innocemment, avant que ne se diffusent les rumeurs du rachat qui auraient pipé les dés. En effet, ces rumeurs se sont faites de plus en plus insistantes jusqu’à être reprises par Bloomberg et le Wall Street Journal qui se faisaient écho de discussions pour sortir Dell du marché boursier. Selon Bloomberg d’ailleurs, ce ne serait qu’hier soir que les membres du conseil d’administration de Dell se seraient réunis pour voter au sujet de ce mouvement Ô combien stratégique.

Dans la liste des financeurs de l’opération, Microsoft avec son prêt de 2 milliards de dollars ne risquait pas de passer inaperçu. On peut y voir une volonté de la firme de Redmond de faciliter les choses et de s’assurer un partenariat solide dans les années à venir pour promouvoir Windows par rapport aux autres systèmes d’exploitation montant, dont le système chrome OS de Google.

Publicité

Ailleurs sur le web