Des chercheurs de Princeton prévoient une mort de Facebook en 2017

Des chercheurs de Princeton prévoient une mort de Facebook en 2017

Selon une étude menée par les chercheurs du Department of Mechanical and Aerospace Engineering de l’université de Princeton aux Etats-Unis, le plus grand réseau social du monde, Facebook, pourrait disparaître d’ici à 2017.

Publié le 22 janvier 2014 - 15:13 par François Giraud

Les chercheurs du Department of Mechanical and Aerospace Engineering viennent de faire une étude montrant que Facebook pourrait disparaître dans les années à venir, et plus rapidement qu’on le pense. D’après cette étude, le plus grand réseau social du globe pourrait perdre 80% de ses utilisateurs en moins de 2 ans, ce qui programme la mort du réseau social avant fin 2017. Facebook a débuté le 4 février 2004 et était réservé à certains utilisateurs puis a ouvert ses portes au grand public en 2007. En 2014, le réseau social compte un milliard de membres. Les chercheurs comparent Facebook à une épidémie et pensent que son déclin sera rapide et violent. Le réseau social permet de faire venir ses amis, qui deviennent à leur tour des membres. Dans le sens inverse, les membres qui partiront emporteront avec eux leurs amis. La raison de ces départs anticipés serait le manque d’attractivité du site et l’absence d’activité au sein des flux d’actualité. Facebook prendrait le même chemin que MySpace, qui a connu ses heures de gloire vers 2007 puis a sombré en trois ans pour atteindre un niveau quasi nul au bout de cinq ans.

Facebook met en place le service « Trending »

Avec la mise en place du service Tendances, Facebook pourrait redonner du baume au cœur à ses membres et devenir plus attractif, ce qui permettrait de ne pas perdre d’utilisateurs. Le réseau social a publié un message indiquant que le produit « Trending » (dans la tendance), est conçu pour faire remonter les conversations intéressantes et pertinentes, afin de vous permettre de découvrir les meilleurs contenus de Facebook. Le réseau social lance ce modèle de « tendances », déjà utilisé par son concurrent Twitter avec les « Trending topics ». Selon les chercheurs qui viennent d’effectuer cette étude de la fin programmée de Facebook, le réseau social aurait atteint son zénith et la descente aux enfers débuterait actuellement pour s’accélérer en 2015.

Advertisements

Ailleurs sur le web





  • Jean Némard

    Bon débarras.
    Et oui, je poste un commentaire depuis mon compte Facebook… d’ailleurs il ne me sert qu’à ça.