La NSA espionnerait (aussi) les logiciels antivirus

La NSA espionnerait (aussi) les logiciels antivirus

D’après The Intercept, la NSA et le GCHQ, l’agence de renseignements britannique auraient volontairement espionné des éditeurs de solutions antivirus comme Kaspersky.

Publié le 23 juin 2015 - 9:23 par François Giraud

La  NSA et le GCHQ espionneraient des éditeurs d’antivirus

Des éditeurs d’antivirus comme Kaspersky auraient été  dans la ligne de mire des agences de renseignements Britanniques et Américains. The Intercept dévoile que des documents d’Edward Snowden précisent que les deux agences gouvernementales espionneraient les éditeurs d’antivirus.

Selon des documents publiés par The Intercept, la NSA et le GCHQ auraient espionné les activités des éditeurs de solutions antivirus pour connaître leurs systèmes de détection d’antivirus. La NSA, de son côté a découvert une faille exploitable au sein des solutions d’antivirus proposées par Kaspersky. L’agence de renseignements américaine indique, dans un document datant de 2008, avoir mis la main sur un antivirus de la société russe qui laissait fuiter des informations permettant de connaître diverses données d’un système sur lequel était installé sa solution antivirus. Le GCHQ aurait de son côté mené des actions pour pirater les logiciels de Kaspersky en utilisant des techniques de rétro-ingénierie (reverse engineering). Avec cette méthode, le GCHQ a réussi à surveiller le trafic de près de 180 millions d’utilisateurs.

Kaspersky_rgb

Publicité

Des échanges courriels au sein du système des éditeurs d’antivirus ont également été interceptés par la NSA afin que cette dernière puisse analyser le fonctionnement des solutions proposées par Kaspersky. La NSA aurait ainsi analysé des échanges entre les serveurs de la société et les logiciels clients. Il y a quelques semaines, Kaspersky avait indiqué de ses serveurs avaient été infiltrés par un logiciel d’espionnage puissant, baptisé Duqu 2.0. Les documents révélés par Edward Snowden et relayés par The Intercept montrent que cette infiltration serait le fruit des agences gouvernementales.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *