Suite à la condamnation de Google, la semaine dernière à une amende exemplaire de 150 000 euros pour non-respect de la loi « Informatique et Libertés » le géant du Web a posé ce lundi un recours auprès du Conseil d’Etat pour s’opposer à cette amende maximale. C’est la Cnil qui avait demandé la peine maximale encourue suite à la mise en place de la politique de confidentialité de Google et sa non-modification comme demandée précédemment. Cette modification avait pour objectif de respecter la protection des données personnelles des internautes. Google avait huit jours pour publier sur son site Internet (Google.fr), un communiqué suite à cette décision, et devait le laisser durant deux jours suite à sa notification.

La France n’est pas le seul pays à lancer une action à l’encontre de Google

Cinq autres pays ont lancé une action à l’encontre de Google, à savoir, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Ils ont tous demandé à Google de se mettre en accord avec le respect des données privées dans leurs pays respectifs. L’Espagne  avait sanctionné Google le 19 décembre dernier à une amende de 900 000 euros pour « violations de la vie privée ». Le Conseil d’Etat prendra une décision et devrait rendre son verdict la semaine prochaine. Google indique que la demande de la Cnil est inapplicable à son encontre et indique via un porte-parole auprès de l’AFP: « Nous nous sommes pleinement impliqués tout au long des échanges avec la Cnil afin d’expliquer notre politique de confidentialité et la façon dont elle nous permet de créer des services plus simples et plus efficaces. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here