1,6 million de dossiers médicaux analysés par Google DeepMind au Royaume-Uni

1,6 million de dossiers médicaux analysés par Google DeepMind au Royaume-Uni

D’après les informations rapportées par le site New Scientist, Google va pouvoir analyser les données d’1,6 million de patients anglais à l’aide d’une intelligence artificielle développée par DeepMind.

Publié le 2 mai 2016 - 16:48 par François Giraud

Les données des patients Londoniens analysées par un programme de Google

Une intelligence artificielle développée par Google DeepMind va analyser les données de santé d’1,6 million de patients londoniens. C’est le magazine spécialisé New Scientist qui révèle ces informations. Le programme développé par Google a été baptisé « patient rescue » et permettrait aux professionnels de santé de pouvoir suivre l’évolution des pathologies de leurs patients, soignés au sein des trois hôpitaux londoniens du Royal Free NFS Trsut, mais également à Google de collecter de nombreuses données médicales confidentielles.

new-google-logo

Publicité

Le programme développé par Google est un dispositif d’alerte qui cible les patients qui ont des maladies rénales et qui fonctionne à l’aide d’un système d’intelligence artificielle issus de DeepMind qui peut faire appel au machine learning, qui peut donc apprendre comme un être humain. Ce dispositif développé par Google est déjà connu du grand public à travers les championnats de jeu de Go qui se sont récemment déroulés où la machine à battu l’homme. Dans ce dernier cas, le programme était baptisé AlphaGo.

Les patients ne seraient pas informés de la collecte des données confidentielles

Le programme « patient rescue » analyse les données de centaines de milliers de patients anglais et aucune demande de consentement n’aurait été demandée aux patients concernés. Trois hôpitaux de Londres gérés par la Royal Free NHS Trust ont laissé les données médicales de leurs patients être collectées. Outre le cadre du dispositif d’alerte permettant à des professionnels de santé d’aider la prise en charge de leurs patients, le système a dévoilé des informations très personnelles sur les personnes concernées. L’organisation qui gère les trois hôpitaux concernés n’aurait jamais indiqué que les données des patients pouvaient être collectées et ces derniers n’auraient aucun moyen de refuser de donner accès à leurs informations confidentielles.

Un programme qui révèle des données confidentielles sur les patients

Le programme a par exemple été capable de savoir qu’une personne avait fait une overdose et qu’une autre était séropositive. Google et les hôpitaux concernés indiquent respecter la loi et ne pas faire état des données collectées. Google et DeepMind ont également indiqué qu’ils travaillaient avec les hôpitaux sur une application baptisée « Streams » qui offrirait des informations utiles au personnel soignant pour détecter les insuffisances rénales aiguës des patients. Google indique qu’il n’y a pas de sous-catégorie propose aux maladies rénales et qu’il peut doit ainsi pouvoir accéder à toutes les données des patients.

A l’inverse de l’Europe où les patients doivent d’abord donner leur accord pour que leurs données soient collectées, au Royaume-Uni, les organismes collectent les données et informe les patients par la suite, leur proposant de ne plus partager leurs données, via l’envoi de courriers administratifs. Les personnes qui ne souhaitent pas que leurs données soient analysées doivent envoyer une demande écrite à leur médecin. Rappelons toutefois qu’en France, le Parlement a adopté en fin d’année dernière la création d’un dispositif national des données de santé qui devraient être anonymisées mais certaines données seraient accessibles à tout le monde !



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *