Droit à l'oubli: 60% des demandes rejetées par Google

Droit à l’oubli: 60% des demandes rejetées par Google

Droit à l’oubli : Google est contraint de retirer des résultats de son moteur de recherche Japonais par le tribunal de Tokyo. Les requêtes concernaient le nom d’un homme qui était associé à un crime qu’il n’avait pas commis.

Publié le 10 octobre 2014 - 15:51 par François Giraud

Google vient d’être condamné  au Japon à retirer des informations de son moteur de recherche selon les médias qui ont rapporté l’affaire ce vendredi. Les données qui ont du être supprimées associaient le nom d’une personne à un crime qu’il n’avait pas commis. Le tribunal de Tokyo a ordonné à Google de supprimer au moins 50% des 237 liens qui apparaissent lorsque l’on entre le nom de cette personne dans le moteur de recherche Japonais. Le fait que cette personne soit associée à un crime représentait une menace par rapport à son mode de vie et pouvait compromettre sa vie privée indique le journal Asahi Shimbun.

Google est condamné par le tribunal de Tokyo à retirer des liens de son moteur de recherche

Google est condamné par le tribunal de Tokyo à retirer des liens de son moteur de recherche

Droit à l’oubli: Google a enregistré 135 000 demandes vers 470 000 pages

Le tribunal a donné raison au requérant, indiquant que les liens pouvaient porter atteinte à ses droits personnels. La réputation de l’homme a pu être salie par les liens restés au sein du moteur de recherche. Dans son injonction, le juge a estimé que le plaignant avait subi des dommages tangibles du fait de ces données. Google a examiné ce jugement et étudié diverses options dont un appel. Le géant du Web a déjà été condamné par la justice de nombreux pays afin de supprimer des résultats au sein de ses moteurs de recherche. La Cour de Justice de l’Union Européenne reconnaît le droit des particuliers de faire désindexer diverses informations jugées irréelles ou obsolètes. Depuis le mois de mai 2014, Google a enregistré 135 000 demandes de retrait de liens vers 470 000 pages Web. Le géant du Web indique qu’il a accepté au moins la moitié des demandes formulées, qu’il a demandé un complément d’informations dans 20% des cas et a refus les demandes de droit à l’oubli dans 30% des cas.

Advertisements

Ailleurs sur le web