Droit à l'oubli: Google rencontre des difficultés

Droit à l’oubli: Google rencontre des difficultés

Droit à l’oubli: Google vient de répondre à une salve de questions à la demande des autorités Européennes. Le géant du Web reste discret sur sa méthode de traitement des données mais livre quelques chiffres sur le nombre de demandes de droit à l’oubli, pays par pays.

Publié le 2 août 2014 - 8:05 par François Giraud

Suite à la demande de la Cour de Justice de l’Union Européenne et la publication d’un arrêt le 13 mai dernier, les moteurs de recherche doivent proposer un formulaire de demande de « droit à l’oubli« . La CJUE a demandé d’appliquer cette obligation de droit à l’oubli, prévue par la directive européenne de 1995, et issue de la loi française du 6 janvier 1978.  Google a mis en place un formulaire le 29 mai 2014 de « droit à l’oubli« . Ce formulaire permet de supprimer des contenus jugés néfastes à l’e-réputation des internautes Européens. Google reste très discret sur ses méthodes de suppression de contenus mais vient de fournir quelques chiffres concernant le nombre de demandes.

Google livre quelques chiffres sur les demandes de suppression de contenus

Entre le 30 mai 2014 et le 31 juillet 2014, le géant du Web indique avoir reçu 91 000 demandes de suppression de contenus soit 328 000 URL. 53% des URL ont été désindexées des moteurs de recherche européens de Google, 15% font l’objet d’une demande d’informations complémentaires avant retrait et 32% n’ont pas été retirés. La France est le pays qui demande le plus de requêtes avec 17 500 demandes et 58 000 URL, suivie par l’Allemagne avec 16 500 demandes et 57 000 URL, puis arrivent ensuite le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Italie et les Pays-Bas avec 5 500 demandes. En répondant à de nombreuses questions posées par les autorités Européennes, Google a tenu à indiquer toute la difficulté de répondre à l’ensemble des requêtes sachant que chaque demande est traitée au cas par cas. Le manque d’automatisation du traitement des demandes freine considérablement l’avancée de celles-ci et les internautes doivent être patients indique le géant du Web, d’autant plus, que le nombre ne cesse d’augmenter. Rappelons que Google s’est opposé à ce projet de droit à l’oubli depuis le début et le groupe ne s’est pas gêné pour le faire savoir aux autorités Européennes.

Advertisements

Ailleurs sur le web