Droit à l’oubli : dans 58% des cas, les pages ne sont pas déréférencées par Google

Google continue de recevoir de nombreuses demandes de « Droit à l’oubli » au sein de ses moteurs de recherche. Plus de 348 000 demandes ont été effectuées auprès du géant du Web en un an et demi, depuis le mois de mai 2014. Dans 42% des cas, les pages Web de ses moteurs de recherche Européens sont supprimées et ce chiffre grimpe à 48,4% au sein du moteur de recherche en France. Il reste tout de même 58% des pages Web qui ne seront pas déréférencées par Google.

Selon le rapport publié par Google, on peut remarquer que la France est le pays européen qui a lancé le plus de demandes de droit à l’oubli auprès du groupe américain, avec 73 399 requêtes, soit 21% du nombre total de demandes au niveau européen. Depuis mai 2014 et suite à une décision de la CJUE, Google doit répondre aux demandes de déréférencement qui sont effectuées. Google applique le droit à l’oubli via son formulaire publié sur Internet et les internautes peuvent demander que des contenus soient retirés des résultats de recherche de Google. Plus de 1,2 million de liens vers des pages internet (URL) ont déjà été examiné par Google, qui a répondu favorablement dans 42% des cas en moyenne.

Formulaire droit à l'oubli de Google

Les CNIL Européennes souhaiteraient que Google applique le droit à l’oubli auprès des versions extra-européennes de son moteur de recherche. Les résultats étant pour le moment désindexés, les autorités souhaiteraient mettre en place un formulaire de suppression des contenus sur l’ensemble de la Toile. Mais le géant du Web ne l’entend pas de cette oreille et veut restreindre le processus de droit à l’oubli à ses moteurs européens uniquement.

Comme c’est la Cour de justice de l’Union européenne qui a imposé à Google de mettre en place un formulaire de demande de droit à l’oubli, le groupe estime qu’il n’a pas à proposer sa procédure en dehors du Vieux Continent et n’est pas favorable à une mondialisation du droit à l’oubli. Etant donné que la CJUE est composée de 28 pays membres, Google propose sa procédure de Droit à l’oubli au sein de ces pays membres mais pas en dehors. Aux USA, au Japon ou en Russie, ces contenus seront encore disponibles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here