Facebook aurait achevé la construction de son premier drone

Facebook veut connecter la planète en proposant un accès à Internet aux zones les plus reculées. Pour développer ce projet, Mark Zuckerberg a investi dans des drones solaires et notamment le drone Aquila. Le drone Aquila aurait une envergure plus importante qu’un Boeing 737, mais aura la particularité de ne pas peser plus lourd qu’une petite voiture. une fois les équipements de communication embarqués, Aquila ne pèserait pas plus de 450 kilos.

Yael Maguire, l’ingénieur responsable du « Connectivy Lab » a indiqué « une étape importante a parallèlement été franchie avec la conception en laboratoire d’un système de communications laser qui peuvent atteindre des dizaines de gigaoctets par seconde, soit environ 10 fois mieux que le plus avancé actuellement. Des lasers qui pourraient toucher une pièce de 10 centimes à 18 kilomètres de distance. Une précision indispensable pour Facebook qui veut utiliser les lasers pour mettre sur pied des relais entre les équipements de télécommunications au sol et les drones évoluant à des altitudes comprises entre 60 et 90 000 pieds et entre les drones eux-mêmes.

Aquila

Ce drone fonctionne à l’énergie solaire. Aquila est actuellement testé par le département Connectivity Lab de Facebook sous la direction de Yaël Maguire. L’objectif du projet, dans la continuité d’Internet.org est de connecter les cinq milliards de personnes sur Terre qui ne disposent pas encore d’Internet. En développant un tel projet, le réseau social pourrait devenir le plus gros FAI du monde. Facebook souhaiterait également déployer des drones pour alimenter l’ensemble de la planète avec une connexion à très haut débit à l’aide de connexions à base de lasers. 1 000 drones pourraient suffire et des satellites permettraient de garantir une couverture aux zones trop éloignées ou défavorables à l’emploi de drones.

Des tests en vol sont prévus pour le second semestre 2015, notamment aux USA. Le drone pourrait être lancé depuis une montgolfière. Une fois qu’il aura atteint son altitude de croisière, il évoluera en formant des cercles couvrant des zones d’une cinquantaine de kilomètres de diamètre. Les ingénieurs de Facebook souhaitent développer ce « réseau » de drones pour permettre à tout le monde d’accéder à Internet. Initialement utilisés pour couvrir les zones blanches, non desservies par des réseaux mobiles et Internet, les drones permettraient également de couvrir des zones sinistrées, suite à une catastrophe naturelle par exemple.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here