EPIC porte plainte contre le géant Facebook

EPIC porte plainte contre le géant Facebook

Suite à l’étude menée par Facebook et des scientifiques sur la contagion émotionnelle auprès de 689 003 utilisateurs anglophones, l’Electronic Privacy Information center (EPIC) dépose plainte auprès de la FTC.

Publié le 5 juillet 2014 - 7:37 par François Giraud

L’EPIC dépose plainte contre Facebook aux USA

Suite à l’étude menée par Facebook et une équipe de scientifiques  des Universités Cornell de Californie à San Francisco auprès de 689 003 internautes anglophones sur la contagion émotionnelle, les autorités britanniques se demandent si le plus grand réseau social du monde n’aurait pas violé la loi protégeant les données privées, indiquent la BBC et The Financial Times. La Cnil Anglaise, appelée l’ICO (Information Commissioner’s Office) devrait ouvrir une enquête à l’encontre du groupe de Mark Zuckerberg et poser un certain nombre de questions à Facebook à ce sujet. L’EPIC vient de déposer une plainte à l’encontre du réseau social au x USA auprès de la FTC (Federal Trade Commission).

Une étude sur la contagion émotionnelle menée à l’insu de 689 003 internautes

689 003 utilisateurs anglophones ont été tiré au sort et l’équipe en charge de l’étude psychologique a modifié le contenu des informations reçues par les utilisateurs afin d’étudier l’impact sur leurs émotions. Durant la semaine d’étude, Facebook et une équipe de scientifiques  des Universités Cornell de Californie à San Francisco ont utilisé un algorithme du réseau social qui modifie le contenu des informations reçues par des utilisateurs pour en extraire et étudier l’impact sur leurs émotions. Des fils d’actualité ont été modifiés à l’aide de cet algorithme et de mots-clés. Les scientifiques cherchaient à savoir si le nombre de messages positifs ou négatifs lus par les utilisateurs influençait la teneur de ce qu’ils postaient eux-mêmes sur Facebook. Selon l’ampleur des contenus auxquels ils sont  exposés, les utilisateurs utilisaient davantage de mots négatifs ou positifs.  La Cnil Anglaise, appelée l’ICO (Information Commissioner’s Office) a ouvert une enquête à l’encontre du groupe de Mark Zuckerberg et va poser un certain nombre de questions à Facebook à ce sujet. L’ICO se rapproche pour mener cette enquête de l’autorité de protection Irlandaise dont dépend le groupe.

Advertisements

Ailleurs sur le web