Facebook : 15 membres d'un groupe antiradar écopent d'une suspension de permis

Facebook : 15 membres d’un groupe antiradar écopent d’une suspension de permis

15 membres d’un groupe antiradar sur Facebook viennent d’être condamnés par le tribunal correctionnel de Rodez à un mois de suspension de permis de conduire.

Publié le 6 décembre 2014 - 12:33 par François Giraud

1 mois de suspension de permis pour avoir créé sur Facebook un groupe antiradar

15 personnes ont été condamnées par le tribunal correctionnel de Rodez dans l’Aveyron pour avoir créé un groupe sur Facebook intitulé « Groupe qui te dit où est la Police en Aveyron ». Ces individus risquaient également une amende maximale de 1 500 euros. Le motif retenu par le tribunal est « soustraction à la constatation des infractions routières ».

radar fixe

Publicité

La justice condamne 15 membres d’un groupe Facebook

15 membres d’un groupe Facebook donnant la localisation de radars en Aveyron ont été condamnés mercredi à des suspensions de permis. Une décision du tribunal correctionnel de Rodez qui a été qualifiée d’hypocrite selon certains membres. Le chef d’accusation qui a été retenu à leur encontre est « soustraction à la constatation des infractions routières« . Huit d’entre eux étaient poursuivis pour « outrages » après avoir baptisé sur Facebook les forces de l’ordre avec des noms d’oiseaux, ils ont cependant été tous relaxés des faits qui leur sont reprochés.

L’avocat de la défense a indiqué que « si ce qu’ils font est interdit, alors tous les avertisseurs de radars devraient être interdits, tous les journaux et les radios locales qui signalent des radars vont être fermés ». Le conseil souligne que les boîtiers de « solutions d’aide à la conduite » ont, eux, été autorisés par le Conseil d’État en 2013. Ces produits commerciaux reposent sur une communauté de membres avertissant de « zones de danger ».

Me Josseaume, avocat des membres du groupe Facebook a indiqué qu’il attendait de consulter ses clients pour savoir si un appel serait interjeté. « Il s’agit d’un jugement hypocrite », a déclaré le cofondateur du groupe. « Nous sommes plus de 13 000 membres sur le groupe et 600 000 en France à utiliser ce type de pages Facebook et aujourd’hui, nous ne sommes que 15 à être condamnés ».


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *