Facebook : 700 000 utilisateurs pris pour des cobayes ?

Facebook : 700 000 utilisateurs pris pour des cobayes ?

Pour étudier la contagion émotionnelle, c’est-à-dire la transmission des émotions entre deux amis, Facebook a demandé à une équipe de chercheurs de mener une étude psychologique sur près de 700 000 utilisateurs à leur insu. L’étude en question s’est déroulée durant la semaine du 11 au 18 janvier 2012 auprès d’utilisateurs anglophones.

Publié le 30 juin 2014 - 9:18 par François Giraud

La revue scientifique Américaine « Comptes rendus » de l’Académie nationale des sciences a publié une étude le 17 juin montrant que Facebook a mené une expérience psychologique auprès de 689 003 utilisateurs à leur insu. Facebook a voulu étudier la « contagion émotionnelle » des utilisateurs pris au hasard. Cette étude qui a été menée durant la semaine du 11 au 18 janvier 2012 avait pour objectif de montrer la transmission des émotions entre un ami et un autre sur le réseau social.

Une expérience psychologique menée à l’insu des utilisateurs

Dans le détail, 689 003 utilisateurs anglophones ont été tiré au sort et l’équipe en charge de l’étude psychologique a modifié le contenu des informations reçues par les utilisateurs afin d’étudier l’impact sur leurs émotions. Durant la semaine d’étude, Facebook et une équipe de scientifiques  des Universités Cornell de Californie à San Francisco ont utilisé un algorithme du réseau social qui modifie le contenu des informations reçues par des utilisateurs pour en extraire et étudier l’impact sur leurs émotions. Des fils d’actualité ont été modifiés à l’aide de cet algorithme et de mots-clés. Les scientifiques cherchaient à savoir si le nombre de messages positifs ou négatifs lus par les utilisateurs influençait la teneur de ce qu’ils postaient eux-mêmes sur Facebook. Selon l’ampleur des contenus auxquels ils sont  exposés, les utilisateurs utilisaient davantage de mots négatifs ou positifs.

Les résultats de cette étude

Les auteurs de ces recherches écrivent que « les états émotionnels sont communicatifs et peuvent se transmettre par un phénomène de contagion, conduisant les autres personnes à ressentir les mêmes émotions sans en être conscientes« . Ils en concluent que la contagion émotionnelle de masse est réelle sur un réseau social de masse, comme Facebook. Il apparaît que si vos amis partagent davantage de statuts euphoriques, vous le serez également. De la même manière, si vous partagez des statuts déprimants, il est probable que vous n’alliez pas bien. Les états émotionnels sont donc contagieux, y compris par le biais d’un réseau social. Les chercheurs qui ont mené l’étude indiquent : « Nous apportons la preuve empirique que la contagion émotionnelle se produit sans interaction directe entre les personnes et en l’absence d’indicateurs non verbaux ». 

Advertisements

Ailleurs sur le web