Facebook : le groupe anti-radars face à la justice

Facebook : le groupe anti-radars face à la justice

Le procureur de la République de l’Aveyron veut intenter un procès à l’encontre des administrateurs d’une page Facebook indiquant où se situe la police en Aveyron. Une page créée en 2012 qui compte 10 171 membres aujourd’hui.

Publié le 8 septembre 2014 - 8:48 par François Giraud

Les réseaux sociaux permettent aux utilisateurs de communiquer rapidement ensemble et d’échanger de précieuses informations. Dans la même optique, une page a été créée en 2012 pour avertir les automobilistes de la présence des forces de l’ordre dans l’Aveyron. Cette page Facebook, intitulée « le groupe qui te dit où est la police en Aveyron » remporte un franc succès auprès des usagers de la route mais commence à sérieusement agacer la justice. Cette page compte actuellement 10 171 membres.

Yves Delpérié, procureur de la république de Rodez veut prendre des mesures

Le procureur de la République de Rodez, en Aveyron, veut intenter un procès contre les administrateurs de cette page. Il a déclaré au Parisien en « avoir assez d’être réveillé toutes les nuits, car des gens se tuent sur la route ». Il y a de nombreux groupes qui se développent sur le réseau social avec pour objectif d’indiquer la présence des forces de l’ordre dans le pays. On dénombrerait entre 600 000 et 800 000 utilisateurs réunis en divers groupes indiquant les lieux et dates de mise en place des radars mobiles, les lieux de création de radars fixes et les positionnements des forces de l’ordre effectuant des contrôles d’alcoolémies ou d’identité. Les administrateurs de ces pages Facebook se défendent en indiquant « ne pas nuire aux forces de l’ordre ». Ce mardi 9 septembre 2014, un procès se tiendra au tribunal correctionnel de la ville de Rodez. 15 personnes seront ainsi entendues devant le tribunal correctionnel pour s’être « soustraites à la constatation des infractions routières ». Huit autres sont poursuivies pour « outrages » après avoir qualifié les gendarmes sur la page Facebook de noms d’oiseaux! L’article R 413-15 interdit les «détecteurs de radars» et prévoit une amende de 1500 € et un retrait de six points sur le permis. Mais, selon l’avocat, le groupe sur Facebook ne peut pas être assimilé à un «détecteur de radars».

Advertisements

Ailleurs sur le web





  • Michel Boulat

    C’est toujours la même sinécure , les statistiques ont montré depuis longtemps que sorti des causes tel que : conduite en état d’alcoolémie , drogue , téléphone au volant , malaise , endormissement etc la vitesse ne représentait en fait qu’une faible cause d’accidents , mais tous les investissements , tous les efforts répressifs se portent sur la vitesse et des dépassements ridiculement faibles avec pour conséquences de plus en plus de conducteurs sans permis et des pertes d’emplois . Pendant ce temps les voyous ont la vie belle et les zones de non droit de plus en plus nombreuses et étendues .

  • Zed68

    Il avait été promis plus d’une fois que les radars seraient positionnés à des endroits ou la vitesse est dangereuse, qu’ils seraient visibles pour faire de la prévention, pas de la répression. Si c’est le cas, ce groupe facebook ne fait qu’accentuer cette prévention… si ce n’est pas le cas cela prouve qu’on continue à nous mentir.