Messenger sur Android passe la barre du milliard de téléchargements

L’application de messagerie mobile Messenger, propriété de Facebook vient d’établir un nouveau record et de passer la barre du milliard de téléchargements sur Android, donc sur les smartphones et les tablettes de l’OS mobile de Google, vient d’annoncer le groupe de Mark Zuckerberg ce mardi.

David Marcus, vice-président de Facebook en charge des messageries a indiqué qu’il est ravi d’entrer dans le club très exclusif des « un milliard de téléchargements sur Android ». Au mois d’avril 2015, Facebook annonçait que son application Messenger était plébiscitée par 600 millions d’utilisateurs actifs, une application mobile qu’il a séparé l’année dernière de son réseau social Facebook.

facebook-messenger-milliard-de-telechargements-sur-android-1

Facebook Messenger rejoint les applications Facebook, WhatsApp, Gmail ou encore YouTube qui ont dépassé le milliard d’utilisateurs, mais Facebook est le seul groupe à disposer, outre Google, d’une application Android ayant dépassé ce nombre du milliard d’utilisateurs actifs, un nouveau record pour Mark Zuckerberg. Initialement, il était nécessaire de se connecter à son compte Facebook pour pouvoir répondre à un message posté, puis le groupe a décidé de séparer son application mobile Messenger de la plateforme Facebook. Il est désormais plus simple de converser avec ses amis, sans avoir besoin d’ouvrir son compte Facebook à chaque fois.

Facebook-Messenger

Une application de messagerie aux multiples fonctionnalités

Désormais, Facebook mise beaucoup sur son application mobile de messagerie et propose de nouvelles fonctionnalités afin de rendre Messenger indispensable. L’application Messenger permet certes de converser, mais se substitue aux envois de SMS, permet de partager des photos et permet également de téléphoner via les appels VoIP. Il est maintenant possible d’envoyer des fonds à ses amis et depuis peu de temps de partager sa localisation avec ses contacts. Cependant l’application est également controversée. Depuis la fin du mois de mai 2015, un étudiant d’Harvard a démontré que Messenger permettait de suivre les utilisateurs à l’aide des données de géolocalisation partagées par défaut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here