Facebook Messenger : les publicités en approche

Facebook Messenger : les publicités en approche

Facebook permet aux annonceurs de mettre en places des « messages sponsorisés » sur Messenger, soit une forme de publicité.

Publié le 10 novembre 2016 - 14:20 par Stéphane Ficca

La publicité arrive (aussi) sur Messenger

Avec plus d’un milliard d’adeptes de par le monde, le tout-puissant Facebook peut se permettre toutes les folies, y compris celle d’imposer aux utilisateur de passer par un service tiers, en l’occurrence Messenger, pour profiter de la conversation instantanée. Un choix qui aura fait couler beaucoup d’encre il y a maintenant quelques mois, mais depuis, tous les utilisateurs ont pris l’habitude d’utiliser deux applications distinctes, pour Facebook et Messenger donc, voire même davantage, pour qui utilise Pages ou encore Publicités.

Facebook-Messenger-1-Milliard-Utilisateurs-600x292

Publicité

Pour Facebook, l’opération est simple, il s’agit de rentabiliser son milliard d’adeptes non pas sur une seule et même application, mais sur plusieurs. De cette manière, le géant américain s’accapare une énorme audience pour proposer ce qui se fait de mieux sur le web depuis déjà quelques années : la publicité.

Via un billet sur son blog officiel, Facebook annonce l’arrivée d’une nouvelle API Messenger, qui va permettre aux marques de rédiger et envoyer sur Messenger des messages sponsorisés. Pour Facebook, il s’agit d’un tout nouveau type de publicité, qui bénéficie d’un aspect hautement ciblé, mais aussi contextualisé, pour permettre notamment aux entreprises de réengager un dialogue avec les utilisateurs qui sont rentrés en contact avec elles.

messenger-pub

Ainsi, comme le précise Facebook, Messenger ne souffrira pas (pour l’instant) de publicités « sauvages », et seuls les utilisateurs ayant déjà été en contact avec les marques pourront être recontactés par ces dernières. Evidemment, Facebook prendra le soin de facturer les marques en question, en fonction du nombre d’impressions. De cette manière, le risque de spam pour l’utilisateur lambda est « en théorie » nul. Le géant américain précise également qu’il sera possible de bloquer un annonceur un peu trop insistant, un peu comme on peut bloquer un ami un peu trop lourdingue.

Rappelons au passage qu’au dernier pointage, Facebook compte environ 1,7 milliard d’utilisateurs, et que le groupe a enregistré au troisième trimestre 2016, la coquette somme de 2,38 milliards de dollars de profit, soit une hausse de l’ordre de 160% par rapport à l’an dernier.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *