Faster, un câble trans-pacifique de 9 000 km

Afin de mieux répondre aux besoins de la largeur de bande et de remédier à l’évolution des transmissions de données entre le Japon et les Etats-Unis, le géant du Web Google et cinq entreprises asiatiques de télécommunications ont décidé ce mardi d’investir dans un nouveau câble Internet sous-marin. La mise en service de ce câble d’une longueur de 9 000 km sera effective en 2016. Le groupe d’investisseurs, dont Google estime que le montant total de l’investissement est de 300 millions de dollars. Les travaux devraient se terminer au second trimestre 2016. La nouvelle ligne permettra de relier Los Angeles, Portland, San Francisco, Oregon et Seattle aux villes japonaises de Shima et Chikura. La vitesse de transmission ainsi créée sera de 60 térabits/ seconde. Le fournisseur de l’infrastructure sera NEC. Les autres acteurs sont China Telecom Global, Global Transit, Singapore Telecommunications, KDDI et China Mobile International. Le sixième membre de ce consortium est donc Google.

Une expérience déjà menée en 2008 avec le câble « Unity »

Ce n’est pas la première fois que Google va prendre part à la création d’un câble Internet sous-marin. En 2008, un autre câble trans-Pacifique avait été construit pour relier le Japon aux Etats-Unis. Ce dernier avait été baptisé « Unity » et le projet avait été piloté par un consortium de sept entreprises dont Google. La ligne créée faisait 10 000 km de long et pouvait transmettre des données à la vitesse de 7,68 térabits par seconde. Elle reliait les villes de Los Angeles à Chikura. Ce ne sera pas, non plus, le dernier chantier qui sera mis en place pour connecter la planète à Internet. Il existe actuellement plusieurs centaines de câbles sous-marins permettant de relier des villes distantes de plusieurs milliers de kilomètres. Le site TeleGeography répertorie l’ensemble de ces câbles à travers le globe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here