Fermeture du laboratoire de la Silicon Valley et licenciement de 2 100 personnes chez Microsoft

Fermeture du laboratoire de la Silicon Valley et licenciement de 2 100 personnes chez Microsoft

Microsoft ferme son laboratoire de recherche & développement basé dans la Silicon Valley et licencie 2 100 personnes dans le monde. La deuxième vague de licenciement est en cours.

Publié le 19 septembre 2014 - 14:09 par François Giraud

Microsoft avait annoncé une restructuration massive. Satya Nadella avait annoncé au mois de juillet 2014 que la firme de Redmond allait supprimer 18 000 emplois dans le monde d’ici 2015 soit 14% de ses effectifs. Dans un communiqué, Redmond a annoncé ce jeudi 18 septembre 2014 que son laboratoire de recherche et développement basé dans la Silicon Valley en Californie fermait ses portes et que 2 100 suppressions de postes seraient réalisées dans le monde.

Une deuxième vague de licenciements touchant 2 100 personnes

Microsoft avait annoncé dans le courant de la semaine une deuxième vague de licenciements, suite à celle effectuée durant l’été dernier auprès de 13 000 personnes de la division mobile de Nokia.  2 100 personnes sont touchées à travers le monde dont 747 employés qui se trouvaient au sein du siège du groupe basé dans l’Etat de Washington. Les autres suppressions de postes impacteront les divers départements du groupe Microsoft à travers la planète. Redmond n’a pas donné de détails sur les pays concernés. Le Research Lab situé dans la Silicon Valley a fermé ses portes ce vendredi 19 septembre. il employait 50 personnes dont certaines seront mutées. Ces informations ont été confirmées par Reuters. Satya Nadela avait annoncé une restructuration massive avec 18 000 licenciements à venir. Entre les 13 000 personnes remerciées l’été dernier et les 2 100 suppressions de postes annoncées hier, il y aura encore 2 900 suppressions de postes d’ici 2015, soit dans les neuf mois à venir.

Advertisements

Ailleurs sur le web





  • newsoftpclab

    L’informatique ne va pas bien.C’est le moins que l’on puisse dire.