Ford inaugure, à Cologne, un nouveau centre de simulation climatique, pour recréer les météos les plus exigeantes de la planète, et tester les futurs véhicules.

Ford se dote d’une nouvelle usine météo

Ford annonce aujourd’hui la mise au point à Cologne d’une nouvelle usine météo, capable de fabriquer n’importe quel climat à la demande. Le nouveau centre Ford est en effet en mesure de recréer les météos les plus exigeantes de la planète, pour permettre aux ingénieurs de tester les futurs véhicules. Des altitudes supérieures à celle du Mont Blanc, le sommet le plus élevé des Alpes, des vents soufflant jusqu’à 250 km/h, de fortes chutes de neige, un soleil aveuglant ou de fortes pluies : autant de conditions qui peuvent être déclenchées en appuyant sur un simple bouton. L’usine météo de Ford est le centre environnemental automobile le plus avancé d’Europe.

Un centre porté par un investissement de 70 millions d’euros qui intègre notamment une soufflerie inédite capable de simuler une tempête de neige combinée à une altitude de 5 200 mètres, soit l’altitude du camp de base Nord de l’Everest. Dans d’autres salles, la température peut chuter jusqu’à -40°C, puis grimper jusqu’à 55°C, ou encore générer un taux d’humidité pouvant aller jusqu’à 95%.

De cette manière, les ingénieurs Ford peuvent tester 10 véhicules simultanément, afin d’évaluer le confort, la sécurité et la durabilité, ainsi que l’électronique, le freinage, l’air conditionné, le système de chauffage, le remorquage de charges lourdes. D’autres analyses peuvent aussi être menées comme les effets de vents forts sur la carrosserie, vérifier la robustesse en cas de pluie et de neige, ou encore calculer le temps de dégivrage d’un pare-brise selon les températures extérieures. Les véhicules peuvent ainsi passer de la chaleur désertique du Sahara au froid glaciaire de la Sibérie en passant par l’extrême humidité du Costa Rica, le tout sans avoir à se déplacer.

« Nous pouvons désormais vérifier la performance des moteurs lors de changements climatiques extrêmes, du chaud vers le froid par exemple, et même mesurer quelle quantité de neige va tomber sur la tête du conducteur lorsque celui-ci sort du véhicule après une tempête. Le rêve des ingénieurs, en somme », a déclaré Michael Steup, manager projet au Centre climatique de Cologne. Au passage, le constructeur se charge de rappeler que ce nouveau centre de tests climatiques nécessite 11 mégawatts d’électricité, l’équivalent énergétique d’une ville de 2 400 habitants. Cette électricité est fournie par RheinEnergie, qui produit une électricité provenant de sources entièrement renouvelables situées en Scandinavie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here