Formation photo : entretien avec Roland Serbielle, Monsieur Nikon School

Formation photo : entretien avec Roland Serbielle, Monsieur Nikon School

La Nikon School a fêté ses dix ans et s’est imposé en une décennie comme un organisme de choix dans l’univers de la formation en photographie. Nous avons rencontré Roland Serbielle, qui est un peu le Monsieur Nikon School pour la France puisqu’il en est le responsable, et ce, depuis sa création.

Publié le 16 avril 2013 - 9:57 par La rédaction

Vous êtes responsables de la Nikon School depuis le début ?

Oui j’en suis le créateur aussi. La Nikon School a été créée il y a une dizaine d’années, à l’époque des Coolpix 775. Souvenirs…

 

Quel était l’objectif originel de la Nikon School ?

Il était multiple. Il y a 10 ans, des Nikon School, il en existe déjà aux États-Unis ou au Japon. À l’époque, nous étions au tout début du numérique, les scanners et les premiers reflex numériques Nikon D1 venaient de sortir. Du coup, en support technique nous nous retrouvions à gérer des conversations assez atypiques puisqu’on nous appelait souvent en nous disant que nos produits ne marchaient pas et lorsque les personnes raccrochaient, elles avouaient, « oui, en effet le problème c’est que je ne sais pas m’en servir… Est-ce que vous faites des formations ? » C’est caricatural, mais c’est un bon résumé de ce qui se passait dans la plupart des conversations avec le support technique. Soucieux d’une qualité de service, nous pouvions aller plus loin et mieux accompagner nos clients. Cruel dilemme, soit on suit notre métier de base de fabricant et l’on s’adresse uniquement à notre réseau de revendeurs, soit on se dit que la force de la plupart de nos produits réside également dans les services qui y sont ajoutés. L’Espace Nikon est ainsi nait avec la création de la Nikon School, une restructuration complète du support technique et l’ouverture simultanée, boulevard Beaumarchais à Paris, d’un pôle d’accueil et de conseil service après-vente.

 

Aujourd’hui quel est le public de la Nikon School ? Est-on toujours sur un public de photographes professionnels ?

L’une des forces de la school est le mélange des profils. Les produits utilisés sont communs, mais les usages de chacun sont spécifiques, les attentes différentes.. Les professionnels se mêlent aux photographes passionnés. Au total, nous avons cinq grandes typologies de clients : l’amateur qui a envie de progresser, l’amateur averti qui est plus en recherche d’une forme de coaching photographique en vue d’améliorer son œil, les « business users » qui utilisent la photographie dans le cadre de leur métier, mais dont la photo n’est pas le métier initial (experts immobiliers, voyagistes, chirurgiens plasticiens, etc.), les photographes professionnels naturellement, et enfin les revendeurs Nikon. Le public de photographes professionnels qui vient se former à la Nikon School valorise l’expertise en formation photo de la Nikon School aux yeux des photographes amateurs. Ceci étant, l’histoire nous a montré que bien souvent les plus techniques sont les photographes amateurs avertis .. La valeur ajoutée des professionnels est ailleurs .

 

Quels types de formation réserve la Nikon School aux revendeurs Nikon ?

Les revendeurs de matériel photo bénéficient de formations dédiées, non visibles sur le site Web de la Nikon School. En plus de la Nikon School où l’on propose des formations pour tous les photographes, nous avons l’entité « Nikon Business School » où l’on réalise des cours de vente adaptés aux produits Nikon. La force de vente Nikon nous remonte des informations sur certains domaines dans lesquels notre réseau de revendeurs a besoin d’affûter ses connaissances et nous étudions un programme adéquat. On s’appuie toujours sur les besoins des clients pour nos problématiques de vente. Par exemple, dans le cadre de notre contrat de distribution sélective qui a été mise en place en début d’année 2012, chaque signataire et partenaire Nikon accepte de venir se former à la Nikon School sur le matériel haut de gamme comme le D4 ou le D800, les téléobjectifs.. Nos clients photographes professionnels sont devenus très pointus et très exigeants, ce qui est normal. Notre réseau doit répondre efficacement à ces nouvelles demandes et, pour fidéliser leurs clients, pouvoir offrir un peu plus que simplement « pousser une boite à un bon prix ».

 

nikon-roland-serbielle

Roland Serbielle, I am the Nikon School.

Nous parlons tout à l’heure du numérique qui a bouleversé la photographie il y un peu plus d’une dizaine d’années. L’autre grosse tendance actuelle est naturellement l’émergence de la vidéo sur reflex. Que proposez-vous aux photographes qui souhaiteraient acquérir de nouvelles compétences en vidéo ?

De venir nous voir ! (rires) La Nikon School propose, pour former les photographes à la vidéo, un programme structuré en plusieurs parties. Nous pouvons nous adresser aux experts dans une démarche d’optimisation du flux de production comme aux amateurs ou ceux qui découvrent la vidéo sur reflex pour lesquels il s’agit plutôt de dégrossir le terrain avec de nouvelles notions que l’on a besoin de digérer. Nous avons trois thématiques différentes pour les vidéastes : la première est liée au matériel puisqu’il s’agit de la vidéo sur les reflex numériques pros (D800, D4) qui permet de faire un point général sur l’ergonomie, la capture, les codecs, le flux de production. En complément de cette session, nous avons un programme sur deux jours entièrement dédié au tournage où l’on crée un scénario, le réalise, l’enrichit d’interviews, etc. Bref de jours de pratique pour passer de la capture photo dite « spontanée » à la capture vidéo réfléchie, ou les plans s’organisent Le troisième programme de formation vidéo est également sur deux jours et consacré au montage vidéo pour lequel nous avons choisi le logiciel Adobe Premiere. Pour toutes ces formations vidéo, notre mission est de répondre aux besoins des photographes en matière de vidéographie.

 

L’une des ressources pour former les photographes est l’équipement. De quelles installations bénéficie la Nikon School ?

Là, le staff school remercie la marque Nikon. Nous adaptons les équipements au contenu pédagogique de la formation et offrons aux stagiaires la possibilité de tester l’ensemble de la gamme. Pour le matériel d’éclairage, nous proposons à nos stagiaires un mix entre des solutions Profoto et des solutions Multiblitz. Pour les formations vidéo, nous avons tout un arsenal d’accessoires qui se promène de stage en stage, avec des grues, des Steadicams, des enregistreurs HDMI, etc. Alors oui, nous sommes richement dotés en matériel, mais il s’agit avant tout d’un matériel au service de la création et des utilisateurs. Imaginez-vous en formation portrait, hésitant entre un  85PC ou un AFS200/2…Pourquoi hésiter, la vitrine est ouverte et le matériel disponible pour comparer.

 

C’est un peu la caverne d’Ali Baba ?!

Oui, et le fait d’avoir des vitrines ouvertes dans lesquelles on peut se servir déroute souvent les stagiaires photographes. Par exemple lorsque l’on part en voyage photo, nous leur demandons en amont ce qu’ils veulent en complément d’équipement dans un tour de table. Les premières demandes sont toujours un peu timides, puis elles vont crescendo au fur et à mesure que nos stagiaires prennent la parole, et le premier qui avait donné sa liste de besoins reprend la main pour refaire quelques demandes additionnelles !… Ainsi, lors d’un précédent safari photo, tous les stagiaires furent équipés de AFS200-400/4 et refelx pro..

 

C’est open bar ?

Par forcément. Cela le devient si l’intention photographique du stagiaire justifie l’équipement souhaité

 

L’autre ressource pour former des photographes à la Nikon School et naturellement le staff de formateurs. Quels sont leurs profils ?

L’autre grande richesse de la Nikon School, c’est le staff des formateurs. Ce sont avant tout des photographes qui sont sur le terrain, qui ont la passion du contact et l’envie de faire progresser leurs collègues. Ils conservent leur double casquette de formateurs et de photographes ou vidéastes professionnels en activité, afin d’ entretenir une veille active et une pertinence dans leurs propos. L’expérience m’a montré que former des experts par des experts est finalement une chose assez facile, ils parlent la même langue. Là où les choses se corsent, c’est quand on s’adresse à un débutant qui n’a aucun acquis et compétences photo sur lesquels nous pourrions nous appuyer. Le formateur doit être simple et synthétique et notre staff de formateurs a la capacité de parler aussi bien à du débutant qu’a de l’expert

A la school, les outils et le matériel photo sont une réponse à un besoin, à une intention créative, à un souci de mettre en image une information. Notre priorité, faire progresser la personne dans l’utilisation de son outil Lors du mail de convocation des stagiaires, nous questionnons  sur les pratiques photographiques, les types d’images qu’ils souhaitent réaliser, qu’elle est son intention photographique, quels messages doivent être véhiculé par les images produites. Nos formateurs ne sont pas là pour montrer comment ils travaillent, mais se doivent d’écouter les stagiaires pour leur donner les clés de réussite de leurs images…Le matériel photo étant avant tout un outil d’écriture.

 

nikonschool1

La Nikon School mêle des locaux agréables, un équipement de pointe et des formateurs réellement passionnés et zélés dans leur transmission du savoir en photographie.

Vous avez maintenant deux espaces de formation sur Paris.  Avez-vous essayé de proposer vos services en région ?

En effet, à Paris nous avons deux Nikon School qui sont à 50m l’une de l’autre, boulevard Beaumarchais et rue Amelot, dans le onzième arrondissement.  Dans le passé, nous avons essayé de déporter la Nikon School en régions. La gestion était délicate, car la Nikon School est une entité et pas un simple institut de formation que l’on peut déplacer. Il y a l’accès au matériel photo comme nous en avons parlé,  l’accès au matériel annexe avec des installations informatiques, les possibilités de sortie dans Paris avec de plus en plus de sessions de prise de vue en extérieur dès que c’est possible, toutes les possibilités de SAV, de dépannage rapide en cas de besoin, etc. Par exemple, un stagiaire qui a un capteur sale, nous nous arrangeons pour qu’il reparte avec un capteur propre. Il y a donc tout un tas de services qui entourent la Nikon School et que l’on perd lorsque l’on se déplace en régions. Les moyens de transport actuels font que Paris est à deux heures des deux tiers du territoire. Paris est accessible à un très grand nombre de stagiaires potentiels.

 

À l’inverse, nous avons remarqué que vous proposez des safaris-photos à l’étranger.

Oui c’est une jolie vitrine.  On n’en fait pas tous les jours ! Il y a un départ par trimestre environ avec des destinations comme le Kenya ou la Tanzanie majoritairement, ainsi que l’Inde, l’Éthiopie et New York. Ce sont les cinq destinations que nous proposons actuellement.  Elles visent à répondre à plusieurs problématiques. Le premier besoin émis par certains photographes est de faire de la photo tout en étant encadré, se confronter au regard de l’autre, car bien souvent le photographe est seul et isolé dans son activité. Le fait de partir en groupe les aide à progresser. Partant de là, il y a une obligation de résultat et nous avons donc choisi des destinations gâtées pour les paysages et les occasions photographiques qu’elles offrent. Si on veut faire de l’animalier, le Kenya la Tanzanie, c’est, au monde, l’endroit où il y a la plus grande concentration d’animaux. Donc forcément on est plus enclin à réaliser de beaux clichés dans ces pays. Ces voyages photographiques répondent également à un besoin de « vacances intelligentes ».  Pour beaucoup de personnes, partir en vacances au soleil et se faire bronzer toute la journée n’est pas très captivant. Axer son voyage sur une thématique sportive ou thématique culturelle et intellectuelle est très fédérateur et nous permet de regrouper des personnes ayant des aspirations communes.et un point commun : tous partants pour décoller avant le lever du soleil, capturer les lumières du matin, quitte à faire une petite sieste en début d’après-midi puis nouvelle séance photo et capter les belles lumières du soir.

 

Quel est le coût des formations à la Nikon School et quels en sont les moyens de financement ?

Nous avons  une formation découverte de la photographie numérique à 130 euros. Le coût d’une journée à la Nikon School tourne aux alentours de 250 à 300 euros et les formations de deux jours coûtent en général 400 à 450 euros. Le prix reste accessible et reflète le sérieux de la Nikon School. Il permet à un professionnel d’inclure une formation dans ses frais, à une entreprise de demander une prise en charge dans le cadre de la formation continue, ou à d’autres particuliers de se faire plaisir en s’offrant une formation.

 

Y a-t-il des prises en charge ?

La Nikon School, grâce à Nikon France est un centre de formation agréée. À ce titre, il peut y avoir une prise en charge par les organismes qui financent la formation professionnelle, la formation continue, soit parce que l’on est salarié de l’entreprise, que l’on bénéficie d’heures DIF, parce que des personnes sont en reconversion et nous sont envoyées par le Pôle Emploi par exemple. Cela demande quelques formalités administratives dont nous avons l’habitude.

 

Pouvez-vous nous dire sur quels nouveaux modules de formation à venir sur lesquels vous travaillez en ce moment ?

Les formations vidéo sont  assez récentes. Nous réfléchissons à des formations plus proches du coaching individuel comme des lectures de portfolio, qui iraient plus loin sur des temps plus courts en faisant progresser la personne. Nous sentons une demande de cet acabit avec un suivi dans la durée sur plusieurs séances.
Ces dernières années, nous avons observé plusieurs vagues de besoins bien particuliers. Au début du numérique, le gros de notre travail consistait à expliquer l’histogramme des tonalités, pour caricaturer. Ensuite, avec l’émergence des formats bruts, nous avons beaucoup évangélisé sur l’intérêt du format RAW et comment l’utiliser, en prise de vue et en post traitement. Aujourd’hui, nous observons une montée en force naturellement de la vidéo, mais aussi du travail photographique lui-même et de la lumière.

 

Retrouvez la Nikon School, ses formations et le planning des sessions sur nikon-school.fr.

Nous remercions Roland Serbielle pour son accueil chaleureux.

Advertisements

Ailleurs sur le web