Le siège de YouTube, en Californie, a été victime d’une attaque armée, perpétrée par une Youtubeuse furieuse contre la politique de censure du groupe.

Drame chez YouTube en Californie

L’année 2018 est particulièrement meurtrière aux Etats-Unis, et nombreux sont ceux qui réclament (depuis de longues années) une nouvelle loi concernant la détention d’armes à feu. Hier, une nouvelle fusillade a éclatée, en Californie, au siège de YouTube à San Bruno. En effet, les locaux de la célèbre plateforme d’hébergement de vidéos a été la cible d’une attaque armée perpétrée par une femme : Nasim Najafi Aghdam.

Une fusillade qui a fait trois blessées, dont une personne grièvement touchée. De son côté, la tireuse a finalement retourné l’arme contre elle pour se donner la mort. Une tireuse qui n’est pas inconnue de la plateforme de Google puisque cette dernière était une Youtubeuse, qui militait farouchement pour la cause végan. Rappelons que le siège de YouTube abrite un peu plus de 1000 salariés, et l’issue de cette attaque aurait pu être autrement plus dramatique.

Nasim-Youtube-Shooter

L’enquête devra évidemment éclaircir les nombreuses zones d’ombre entourant cette affaire. En premier lieu, il se murmurait que la tireuse venait viser une ou plusieurs cibles en particulier. Rapidement, les forces de l’ordre ont toutefois tenu à indiquer qu’aucune preuve ne permettait d’établir le fait que la tireuse connaissait ses victimes. Selon le San Francisco Chronicle, la Youtubeuse Nasim Najafi Aghdam était toutefois furieuse contre la plateforme de Google, qu’elle accusait ce censurer ses vidéos. Des vidéos parfois assez cruelles au demeurant… Selon des témoins, la tireuse, armée d’une arme de poing, semblait toutefois viser une personne particulier, et il ne s’agirait donc pas d’un acte de « mass shooting » comme c’est (malheureusement) souvent le cas aux Etats-Unis. Une attaque qui s’est déroulée dans une cour intérieure où les employés de YouTube ont l’habitude de déjeuner.

Rappelons également que les récentes fusillades aux Etats-Unis, dont celle de Parkland en Floride, ont poussé YouTube à renforcer la chasse aux vidéos faisant la promotion d’armes à feu. De nombreux utilisateurs, défenseurs des armes à feu, ont alors farouchement montré leur mécontentement, certains fermant leur chaîne YouTube pour aller chez la concurrence. De même, plus de 1,5 million de personnes ont participé le 24 mars dernier aux États-Unis à la « March for our lives« , un mouvement réclamant un plus grand contrôle des armes à feu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here