GAFA : Paris et Berlin réclament davantage de transparence auprès de Bruxelles

GAFA : Paris et Berlin réclament davantage de transparence auprès de Bruxelles

Paris et Berlin réclament davantage de transparence dans l’accès aux sites Internet des GAFA auprès de Bruxelles ainsi que la création d’une loi.

Publié le 28 novembre 2014 - 11:01 par François Giraud

Les deux capitales Européennes demandent la création d’une loi auprès de Bruxelles

Selon Les Echos, la France et l’Allemagne ont demandé ce vendredi 28 novembre à la Commission Européenne la création d’une loi permettant de mieux encadrer le référencement de Google mais également des trois autres groupes constituant le GAFA, à savoir Apple, Facebook et Amazon. Paris et Berlin veulent imposer davantage de transparence.

GAFA

Publicité

Imposer davantage de transparence dans l’accès aux sites Internet

Le journal Les Echos indique qu’une demande a été faite par Paris et Berlin auprès de Bruxelles pour qu’un traitement non discriminatoire et transparent des sites Internet soit appliqué. Les capitales européennes n’ont pas nommé de groupes mais ciblent concrètement Google et les trois autres puissants groupes qui constituent le GAFA. Pour ne pas les citer, les deux Etats ont parlé des « plateformes indispensables à l’Internet ». Les utilisateurs doivent avoir le « contrôle de leur vie digitale et leurs données » et avoir « la liberté de choix pour l’utilisation d’applications ou de services sur ces plateformes ».

La France et l’Allemagne réclament auprès de la Commission européenne un cadre réglementaire, donc une loi, approprié au niveau européen pour les plateformes indispensables du Web. Les deux Etats souhaitent que ce cadre s’applique à toutes les sociétés offrant des biens et services aux citoyens de l’Union Européenne, qu’elles disposent de leurs activités en Europe ou ailleurs. Ils demandent à Bruxelles qu’une consultation publique soit lancée dès l’année prochaine. La Commission européenne accepte cette requête se dit prête à mettre en place cette consultation dès 2015. Cette demande de la France et de l’Allemagne intervient au lendemain de la motion approuvée par le Parlement européen à l’encontre de Google pour une scission de ses moteurs de recherche et de ses services commerciaux.


Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *