Gemalto victime d'un piratage de masse perpétré par la NSA et le GCHQ

Gemalto victime d’un piratage de masse perpétré par la NSA et le GCHQ

Selon le site The Intercept, la NSA aurait piraté les cartes SIM du plus grand fabricant du monde, Gemalto.

Publié le 21 février 2015 - 11:19 par François Giraud

La NSA et le GCHQ auraient volé les clés de cryptage des cartes SIM de Gemalto

Selon un article publié ce jeudi par le site The Intercept, les services de renseignements américains et britanniques auraient dérobé les clés de cryptage des cartes SIM du leader mondial, le groupe franco-néerlandais Gemalto afin d’intercepter et d’espionner aussi bien les conversations que les données de tous les téléphones utilisant ces cartes SIM. Cette surveillance à grande échelle aurait été effectuée par des agents de la NSA et du GHCQ, son homologue britannique.

De nombreux clients de Gemalto surveillés par les services de renseignements

Gemalto a été l’une des cibles des services de renseignements américains et britanniques mais ce sont surtout ses clients dont les opérateurs Verizon, Srpint, AT&T-Mobile ainsi qu’environ 450 fournisseurs de réseaux sans fil situés dans le monde entier qui ont été visés. La société opère dans 85 pays et compte plus de 40 installations de fabrication. L’un de ses trois sièges mondiaux est à Austin, au Texas et il a une grande usine en Pennsylvanie. Gemalto, ce sont deux milliards de cartes SIM produites par an.

Gemalto surveillé par la NSA et le GCHQ

Publicité

Une surveillance de masse à l’insu des sociétés de télécommunications mobiles

Avec le vol de ces clés de cryptage de cartes SIM, la NSA et le GCHQ ont pu surveiller les communications mobiles sans disposer de l’approbation des sociétés de télécommunications et des gouvernements étrangers indique le site The Intercept. Cette méthode permet également de ne pas avoir à demander un mandat ou une autorisation pour effectuer une écoute téléphonique à l’insu des utilisateurs et surtout de ne laisser aucune trace sur le réseau de l’opérateur de téléphonie mobile.

Les agents de la NSA et du GHCQ ont pu intercepter les communications privées d’employés de la compagnie au sein de divers pays. Les services de renseignements sont passés par Gemalto pour atteindre leurs cibles, précise le groupe, mais Gemalto n’était pas la cible principale. Dans un communiqué, Gemalto a indiqué que cette affaire était prise « très au sérieux » les dires du site The Intercept. Le groupe a précisé qu’il allait prendre toutes les mesures nécessaires pour comprendre les techniques utilisées pour dérober les clés de cryptage de ses cartes SIM.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *