Gmail : le Javascript bientôt interdit, pour lutter contre les virus

Gmail : le Javascript bientôt interdit, pour lutter contre les virus

Google va ajouter le format Javascript à sa liste de pièces jointes interdites par son logiciel Gmail.

Publié le 27 janvier 2017 - 8:12 par Stéphane Ficca

Le format Javascript, persona non grata pour Gmail

L’an dernier, Google revendiquait fièrement avoir dépassé le seuil du milliard d’utilisateurs pour son service de messagerie maison : Gmail.  Concrètement, cela signifie qu’un humain sur sept utilisait alors ce même Gmail au moins une fois chaque mois. Gmail n’était toutefois pas le premier service maison à passer ce précieux cap, puisqu’avant lui, Search, Chrome, Android, Google Play, Youtube et Maps ont également déjà revendiqué ce même milliard d’utilisateurs actifs.

Gmail_logo

Publicité

Gmail permet évidemment à plus d’un milliard d’utilisateurs de faire transiter des emails contenant du texte, mais également, des GIF, des photos, des vidéos ou toute autre forme de fichiers. Avec sa très large base d’utilisateurs, le service est également très enclin à faire se propager très rapidement un fichier vérolé. C’est pourquoi Google accorde un place très importante à la sécurité au sein de Gmail, et le groupe américain vient de prendre une nouvelle mesure pour éviter la diffusion des programmes malveillants.

En effet, le géant américain a décidé de bannir les fichiers au format Javascript (.js) de Gmail. Il sera donc très bientôt impossible donc de joindre un fichier en .js à un message. Assez logique diront certains, puisque ce même format javascript est particulièrement prisé par les hackers, et peuvent renfermer notamment des ransomwares et autres logiciels néfastes. Google précise que le service sera en mesure de déceler un fichier de type Javascript caché au coeur d’un dossier de type ZIP par exemple.

Evidemment, le format Javascript n’est pas le premier à être banni de Gmail, et ce dernier vient agrandir une liste noire qui se compose notamment des formats .bat, .exe, .scr, .sys ou encore .wsf. Une interdiction qui prendra effet à compter du 13 février prochain. Pour l’échange de tels fichiers, Google précise qu’il faudra employer une solution de stockage en ligne, comme Google Drive ou encore Google Cloud.



Ailleurs sur le web


One Comment

  1. newsoftpclab

    29 janvier 2017 at 12 h 53 min

    Pour plus de protection google pourrait aussi se passer de lire nos correspondances

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *