Google confirme une interception de ses serveurs DNS par les FAI Turcs

Google confirme une interception de ses serveurs DNS par les FAI Turcs

Google a confirmé durant le weekend que ses serveurs DNS ont été interceptés par les fournisseurs d’accès en Turquie suite au blocage de Twitter par le gouvernement Turc.

Publié le 2 avril 2014 - 8:41 par François Giraud

Les serveurs DNS de Google qui sont les Domain Name System, ont été interceptés par les fournisseurs d’accès à Internet Turcs suite au blocage de Twitter par le gouvernement. Après l’interdiction d’utiliser Twitter suite à une polémique de corruption en Turquie impliquant Recep Erdogan, Premier Ministre, des internautes souhaitaient s’exprimer et, ne pouvant plus passer par Twitter, ils avaient utilisé des serveurs DNS de Google afin de contourner cette interdiction gouvernementale et les blocages effectués par les FAI.

Les serveur DNS, une sorte d’annuaire explique Google

Le serveur DNS fait correspondre un nom de domaine à une adresse IP (Internet Protocole), et permet d’accéder à des sites suite à une recherche. Il fonctionne comme un annuaire répertoriant les divers sites et leur codification. Les FAI Turcs ont mis en place des serveurs DNS qui se font passer pour les services de Google afin de rediriger les internautes sur d’autres sites et pour pouvoir espionner leurs diverses requêtes sur le web. De plus, les FAI ont bloqué l’accès aux réseaux sociaux et à YouTube aux internautes. Ces derniers ont pu accéder à leurs requêtes en utilisant des VPN ou le réseau Tor. Dans le même temps, Twitter, le réseau incriminé par la décision du gouvernement a réagi en expliquant comment envoyer des tweets via des SMS. « Un serveur DNS indique à votre ordinateur l’adresse du serveur qu’il recherche, de la même façon que vous pourriez chercher un numéro de téléphone dans un annuaire téléphonique. Mais imaginez si quelqu’un changeait votre annuaire avec un autre, qui ressemble beaucoup au précédent, à ceci près que les données de certaines personnes affichent de mauvais numéros de téléphone », explique Google.

Advertisements

Ailleurs sur le web