Google démocratise la vidéoconférence avec Chromebox

Google démocratise la vidéoconférence avec Chromebox

Les systèmes de visioconférence installés dans certaines sociétés coûtent des sommes importantes de plusieurs dizaines de milliers d’euros. Afin de proposer un système clé en main au plus grand nombre, Google dévoile « Chromebox for Meetings » un système tout-en-un de visioconférence à un prix de 999 dollars auquel se rajoute une licence d’utilisation de 250 dollars par an à partir de la deuxième année d’utilisation.

Publié le 7 février 2014 - 10:40 par François Giraud

« Chromebox for Meetings » est un système de visioconférence accessible à la plupart des sociétés pour un coût de 999 dollars auquel vient se rajouter une licence d’utilisation de 250 dollars à partir de la deuxième année d’utilisation. Un moyen de démocratiser les réunions connectées pour le géant du Web. Les infrastructures de visioconférence atteignent souvent des sommes importantes de l’ordre de 40 000 euros. A ce prix, seulement 7,5% des entreprises équipaient leurs salles de réunion.

Système "Chromebox for Meetings" développé par Google

Système « Chromebox for Meetings » développé par Google

Google démocratise la visioconférence à l’aide d’un boîtier et de ses applications

Google met au point un système tout-en-un de visioconférence composé d’un boîtier Chromebox associé à une caméra fonctionnant sous Chrome OS et passant par Hangouts et Google +. Ce boîtier se connecte simplement à un moniteur informatique ou à un téléviseur. La Chromebox de marque Asus comporte un processeur Intel Core i7, un DisplayPort, 4 ports USB et une sortie HDMI. La connexion s’effectue via Ethernet ou e Wi-Fi. Le kit comprend également une caméra Logitech full HD (1920 x 1080 pixels) avec optique Karl Zeiss, un haut-parleur et un micro. On peut faire participer jusqu’à 15 personnes aux réunions en vidéoconférence à l’aide d’un ordinateur fixe, portable, d’une tablette ou d’un smartphone. On peut également programmer des réunions et y accéder via un code personnel d’accès à distance. Ce système ne fonctionne pour le moment qu’aux Etats-Unis. Le lancement sera ensuite proposé en Australie, au Canada, en France, au Japon, en Nouvelle-Zélande, en Espagne et au Royaume-Uni. Ce système vient directement concurrencer Cisco qui propose des solutions de visioconférence.

Advertisements

Ailleurs sur le web