Watson, le supercalculateur d’IBM tourne sur des serveurs à base de Power 7, un processeur IBM. Outre le fait qu’il soit capable de raisonner à la vitesse du son et d’aider à prendre une décision, il permet de croiser des informations complexes et s’invite dans des domaines de haute technicité comme la santé, le calcul de risques, ou encore la prise de décision d’achat. IBM va permettre à des tiers d’utiliser Watson dans le Cloud. Le groupe indique que « l’idée est de créer un dialogue permanent entre le consommateur et Watson ». Le supercalculateur a été testé sur un panel de partenaires sur le service Cloud géré par Watson sur diverses applications spécialisées. Le Cloud sous Watson permettra d’avoir accès à un grand nombre d’outils de développement, aux applications du système ainsi qu’à des outils de formation et une boutique d’application en ligne. Le supercalculateur disposera de sa propre boutique en ligne et d’applications diverses et variées. Dans la vie de tous les jours, Watson peut aider à prendre des décisions plus rapidement. Dans le monde de la santé, par exemple, Watson peut aider aux urgences médicales dans la prise de décision d’un diagnostic vital ou notifier les interactions médicamenteuses existant entre plusieurs produits. Il dispose de capacités analytiques exceptionnelles qui peuvent être utiles aux professionnels dans leurs choix diagnostiques et thérapeutiques. En passant par le Cloud, les spécialistes disposeront de cet outil en permanence.

Watson, le supercalculateur d'IBM va s'inviter dans le Cloud
Watson, le supercalculateur d’IBM va s’inviter dans le Cloud

D’autres domaines de compétence pourront utiliser Watson dans le Cloud, comme les prévisionnistes météo, l’aéronautique, la distribution et la commercialisation. Le supercalculateur peut cibler des clients en fonction de nombreux paramètres et effectuer une analyse très poussée. Watson, peut prévoir, aider, analyser et anticiper. En 2011, Watson s’est fait connaître du grand public avec la victoire qu’il a remportée à la télévision dans le jeu « Jeopardy » contre des concurrents avertis, puis le groupe IBM avait étendu les compétences de Watson au domaine de la santé. Rob High, chercheur au sein d’IBM indique que Watson est aujourd’hui stable et assez mûr pour être proposé dans un écosystème. Le groupe souhaite désormais partager son supercalculateur avec le reste du monde. L’objectif d’IBM est de proposer à des développeurs un accès à son supercalculateur via le Cloud afin de permettre de faire progresser le développement des applications avec l’aide de l’intelligence artificielle de Watson. IBM veut s’associer à des partenaires prêts à rejoindre les services proposés autour de Watson. Le système est aujourd’hui configuré de manière à être plus polyvalent et accessible. Le système de base est organisé autour de 16 à 32 coeurs et 256 Go de mémoire. IBM peut désormais coupler plusieurs « systèmes Watson » les uns aux autres afin de décupler ses capacités, à la demande. Par comparaison, à l’époque de « Jeopardy », le système était composé de 2 900 coeurs avec 15 To de RAM.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here