Un certain Brian Acton a rejoint le mouvement #DeleteFacebook, indiquant « qu’il était temps ». Rappelons que Brian Acton est le fondateur de WhatsApp, racheté en 2014 par… Facebook.

Est-il temps de #DeleteFacebook ?

Depuis quelques jours, Facebook est au coeur d’une gigantesque tourmente médiatique, et nombreux sont ceux à réclamer la suppression pure et simple du réseau social, en usant notamment du hashtag #DeleteFacebook. Cela résulte évidemment d’un énième scandale, concernant cette fois la collecte de données privées de millions d’utilisateurs du réseau social. Des données privées qui ont notamment été partagées avec des organismes à tendance politique, dont Cambridge Analytica, impliqué notamment dans la campagne de Donald Trump en 2016.

De son côté, Facebook a été informé de cette collecte de données dès 2015, mais aurait tout passé sous silence, avant de devoir révéler cela publiquement, suite aux révélations notamment du New-York Times ou encore de Channel 4. Une polémique retentissante pour Facebook, puisque Cambridge Analytica aurait récupéré les données privées de plus de 50 millions d’utilisateurs Facebook, et influencé l’élection de Trump aux Etats-Unis. Depuis, nombreux sont ceux à réclamer des comptes à Facebook, qui reste encore très silencieux à ce sujet.

Evidemment, de nombreuses personnalités ont publiquement rejoint le mouvement #DeleteFacebook, dont un certain Brian Acton. Ce dernier s’est simplement fendu d’un très court tweet, indiquant « Il est temps« , suivi du hashtag en question. Un tweet qui ne passe évidemment pas inaperçu, puisque Brian Acton n’est autre que le fondateur de WhatsApp, la célèbre application de messagerie revendue en 2014, pour 19 milliards de dollars… à Facebook !

Il y a quelques semaines, c’est un autre grand nom de la Silicon Valley qui a exprimé tout son désamour pour Facebook. En effet, Chamath Palihapitiya, qui a rejoint Facebook en 2007, s’est récemment exprimé sur le réseau social, indiquant que ce dernier contribuait à détruire la trame de notre société. « Les retours éphémères basés sur la dopamine que nous avons créés détruisent notre société. Pas de discours civils, pas de coopération ; désinformation, fausses vérités. Et ce n’est pas un problème américain, ce n’est pas à propos des publicités russes. C’est un problème global » avait-il alors déclaré. Ce dernier a également assuré qu’il n’utilisera plus Facebook à l’avenir, tout comme il interdit à ses enfants de le faire. Ce dernier a ainsi rejoint un autre ancien de Facebook, Sean Parker, qui regrette lui aussi l’impact des réseaux sociaux sur la société. Bref, peut-être serait-il temps de vraiment supprimer Facebook après tout…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here