La combinaison Ctrl-Alt-Suppr n'était pas une bonne idée indique Bill Gates

La combinaison Ctrl-Alt-Suppr n’était pas une bonne idée indique Bill Gates

Lors d’une conférence organisée le 21 septembre dans le cadre d’une campagne de collecte de fonds à Harvard, relatée par The Verge, Bill Gates a regretté ne pas avoir conçu une unique touche pour effectuer l’opération « Ctrl-Alt-Suppr ». Il reconnaît que d’appuyer sur trois touches au lieu d’une seule est une erreur, commise par David Bradley, l’un des ingénieurs à avoir conçu le premier PC chez IBM.

Publié le 27 septembre 2013 - 15:19 par La rédaction

Bill gates reconnait que la fonction « Ctrl-Alt-Suppr » est une erreur et qu’une seule touche aurait été beaucoup plus simple que de demander aux utilisateurs d’appuyer sur trois d’entre elles. Une erreur commise par un des ingénieurs qui a conçu le premier PC chez IBM, David Bradley. Lors d’une conférence organisée samedi dernier dans le cadre d’une campagne de collecte de fonds à Harvard, Bill Gates a dit: « On aurait pu avoir une seule touche, mais le gars qui a conçu le design du clavier IBM n’a pas voulu donner un bouton unique ». Mais David Bradley a aidé un bon nombre de programmateurs afin de leur éviter d’éteindre leurs PC pour le redémarrer à chaque fois. Cette combinaison de touches avait été créée pour les concepteurs de programmes ou de la documentation.  Trois touches avaient été choisies parce qu’il n’est pas possible, en pratique, de réaliser accidentellement cette combinaison sur un clavier

Une combinaison de trois touches ouvrant de nombreuses fonctions clés

Cette fonction déclenche des fonctions importantes de Windows. Les programmes peuvent être arrêtés s’ils ne fonctionnent pas correctement, le redémarrage du système est possible sans éteindre le PC. Elle permet également de changer de session utilisateur ou de fermer une session. Dans le milieu de l’informatique, il était connu que David Bradley, l’homme derrière le clavier IBM, avait été le seul à porter l’idée de la commande à trois doigts au lieu d’une seule touche, l’imposant même à Bill Gates à l’époque. Mais lors du 20ème anniversaire d’IBM, il a partagé les responsabilités de cette invention et a indiqué: « Je l’ai peut-être inventé, mais Bill l’a rendu célèbre ».

Publicité

Ailleurs sur le web





  • Julia Smith

    Ils ont quand même réussi à faire la même erreur tout au long de l’article et dans le titre : ctrl + alt + suprr alors que la touche est « suppr » et non « suprr » !! Il suffisait de recopier l’orthographe du clavier…

  • Michel Merlin

    Bill Gates a besoin d’un Ctrl+Alt+Del
    ~–~–~–~–~–~–~–~- ~–~–~–~–~
    Il a été sérieusement Alzheimerizé ! il a complètement oublié (ou occulté) la vraie raison du Ctrl+Alt+Del, qui BTW était AFAIK antérieure à Microsoft : s’agissant d’une manoeuvre de dernier recours et initialement grave et sans retour (dans Windows elle ouvre Task Manager, d’où l’on peut toujours sortir si c’est par erreur qu’on l’a ouvert, mais avant Windows ça faisait un Shut Down sans rien sauver), il ne fallait SURTOUT PAS qu’on risque de la faire par hasard ou par erreur, d’où la combinaison de TROIS touches, choisies plutôt hors de la zone courante (les pavés alphabétique et numérique), aux frontières du clavier, et même à ses deux bouts. C’était une TRÈS BONNE idée, même si elle ne venait pas de notre cher « Portail de Factures » (bill gates).

    Versailles, Sat 28 Sep 2013 18:48:00 +0200

  • Anthony Fraisse

    « Je l’ai peut-être inventé, mais Bill l’a rendu célèbre »
    Ce serait pas une petite provocation plutôt ? :p Comprendre que la fonction est devenue célèbre grace à Windows et ses nombreux plantages. :)

  • FloS

    le choix ctrl+alt+del à l’époque n’est pas une erreur. Mais effectivement aujourd’hui, sous un Windows destiné aux assisté, 1 seule touche est plus simple pour accéder au gestionnaire de tâche (qui pour rappel n’est PAS la fonction du ctrl+al+del => c’est pour débloquer l’ordinateur en dernier recours lorsque celui-ci est bloqué sans le choc électrique du bouton power).

    Imaginez un seul bouton pour faire la même chose, le nombre de reboot avec pertes de donnée non désiré.

  • Spip

    Pour rappel la combinaison Ctrl+Alt+Suppr ne permet pas seulement un reboot de la machine ou d’accéder au gestionnaire des taches, il permet également de se connecter à son compte utilisateur au démarrage de Windows.
    De plus, que je sache, la touche Windows (à l’instar de la Pomme sur les claviers Apple) n’existait pas sur les premiers claviers IBM.
    Donc si Bill Gates trouvait que c’était une mauvaise idée … :
    1) Pourquoi la réutiliser pour se connecter à son compte utilisateur ?
    2) Pourquoi (au moment où les claviers se sont vus rajouter la touche Windows) ne pas avoir ajouté la fameuse touche pour remplacer la réinitialisation ?

    Pour ma part, je pense comme Michel Merlin et FloS, que c’était une bonne idée et qu’au moins on ne risque pas, en effet, de faire une fausse manip.

    CQFD Monsieur Gates

  • Herve

    Bonjour,
    sachant que ctrl+shift+echap amènent directement au gestionnaire de taches aujourd’hui…
    Aujourd’hui aussi, nos boîtiers atx permettent en un appui de fermer/éteindre nos machines.
    Critiquer des choses qui ont servi en leurs temps, c’est bien facile…
    Rappelons nous :
    La souris, les îcones… Apple
    Les combinaisons de touches… IBM
    ou sont les idées nouvelles et originales ?
    A quand un écran jaune pour révolutionner le  » Erreur fatale « .
    Ce bleu nous fatigue…
    Enfin, un coup de pub

  • Marc Fichant

     » Mais David Bradley a aidé un bon nombre de programmateurs »
    Je pense que l’auteur voulait parler de programmeurs et non de programmateurs. Pour ceux qui ignorent la différence entre les deux, les premiers sont des humains qui créent des programmes, les seconds sont des appareils qui permettent l’exécution de taches planifiés conformément à un programme (il peut aussi s’agir d’un appareil servant à programmer des puces électroniques). On trouve des programmeteurs dans les lave-linges, des prises de courant programmables, etc.