La filiale Telecom de Bouygues pourrait être vendue à Free

La filiale Telecom de Bouygues pourrait être vendue à Free

Suite à l’acquisition de SFR par Numericable, Bouygues Telecom se retrouvait fragilisé. Il pourrait vendre sa filiale Telecom à l’opérateur Free.

Publié le 8 avril 2014 - 9:44 par François Giraud

Bouygues n’a pas pu acquérir SFR et c’est Numericable qui a remporté les négociations suite à une décision du conseil de surveillance de Vivendi, prise ce samedi. L’offre rehaussée par Bouygues Telecom a donc été écartée par Vivendi. Bouygues se retrouve donc fragilisé, mais  Free pourrait racheter la filiale Telecom de Bouygues, et les deux ennemis de toujours Xavier Niel et Martin Bouygues pourraient bien arriver à négocier et à mettre leurs différends de côté. Mais le géant du BTP n’est pas en accord sur l’offre de 5 milliards d’euros proposée par Free. Bouygues Telecom réclame 8 milliards. Les deux opérateurs sont donc en pleine négociation comme le rapporte le journal « Le Parisien ».

Des négociations menées entre Maxime Lombardini et Olivier Roussat

Free et Bouygues Telecom discuteraient de ce rachat depuis de longs mois selon le journal. Bouygues pourrait vendre à Free l’ensemble de sa filiale Telecom, comprenant sa base de données clients, avec 11,2 millions d’abonnés mobiles et 1,9 million de clients Internet fixe, son réseau et ses fréquences. Le Parisien indique que l’intermédiaire est assuré par la banque Rotschild. Les négociations entre Free et Bouygues seraient menées directement entre Maxime Lombardini, le directeur général d’Iliad, la maison mère de Free, et Olivier Roussat, le PDG de Bouygues Telecom. Pour mieux vendre sa filiale, Bouygues discuterait avec l’opérateur espagnol Telefonica, certainement aussi pour mettre un peu la pression sur Free. Un accord entre les deux opérateurs avait été proposé dans le cadre de l’acquisition de SFR par Bouygues Telecom. Dans ce cas, Bouygues avait prévu de vendre à Free les fréquences de son réseau mobile composé de 1 500 antennes en 4G et 4G contre 1,8 milliard d’euros. Si Free rachetait la division Telecom de Bouygues, le nouveau groupe Numericable-SFR se retrouverait fragilisé à son tour avec un concurrent de taille sur le marché de la téléphonie en France.

Advertisements

Ailleurs sur le web