« Génération #hashtag », une étude internationale signée Bain & Company

Le cabinet Bain & Company vient de publier une étude intitulée « Génération #hashtag : nouveaux publics, nouveaux contenus » qui oblige les industriels du secteur à se réinventer et bouleverse les modes de consommation culturelle. L’enquête a été menée auprès de 7 000 personnes de plus de 15 ans au sein de neuf pays.

Bain & Company logo

7 000 consommateurs interrogés en Europe, aux USA et dans les BRICS

L’enquête publiée par le cabinet Bain & Company a été effectuée auprès de 7 000 consommateurs en Europe, aux Etats-Unis et dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) auprès d’un public de plus de 15 ans. Cette étude a eu pour objectif de déterminer les pratiques culturelles numériques de la génération des 15-25 ans selon les pays et les cultures. Une « génération #hashtag » qui oblige les industriels à se réinventer. On peut d’ores et déjà remarquer que l’utilisation d’Internet fait baisser les différences qui sont observées dans les pratiques culturelles d’un pays à l’autre. La transition du numérique arrive à terme. L’accès aux offres culturelles numérique est possible pour tout le monde car le taux d’équipement en terminaux mobiles est élevé dans tous les pays analysés.

Une génération qui bouleverse les modes de consommation culturelle

Les 15-25 ans obligent les industriels à réinventer de nouveaux contenus et font apparaître de nouvelles œuvres 100% numériques. Les supports physiques sont passés au numérique avec de nouveaux formats courts qui se développent sur les réseaux sociaux et séduisent les plus jeunes. Ces derniers sont nés avec Internet et n’ont pratiquement pas connu les supports analogiques. Les internautes plébiscitent les vidéos courtes diffusées sur les plateformes de streaming vidéo. En moyenne, aux USA, les vidéos les plus populaires ne dépassent pas quatre minutes.

Proposer de nouveaux contenus pour séduire les nouvelles générations

Les créateurs de contenus, les ingénieurs et managers sont désormais contraints par la demande de cette génération #hashtag de proposer des nouveautés, de surprendre le consommateur et de le satisfaire pour pouvoir encore le séduire, mais l’étude montre que le modèle économique est fragile. Des éditeurs de jeux comme Zynga ont ainsi vu ses revenus dégringoler, mais il n’est pas le seul. Rovio, le studio de création du jeu très convoité Angry Birds a également chuté. Les premiers éditeurs à proposer des contenus adapté à cette nouvelle génération comme King Digital, Netflix ou Maker Studios sont obligés de proposer des contenus toujours plus complexes et attractifs pour ne pas perdre de parts de marché.

Un modèle économique fragilisé par des contenus gratuits

La fragilité sur secteur est également due à la gratuité des applications. Quelques micro-paiements permettent aux éditeurs de contenus numériques de dégager quelques bénéfices mais la monétisation dés médias digitaux est un défi que l’industrie culturelle devra relever pour se retrouver en situation pérenne, indique le cabinet Bain & Company. Il faut noter que 70% des consommateurs et 84% des 15-18 ans disposent d’un smartphone. En Occident, 87% regardent des vidéos en ligne, 98% écoutent de la musique en streaming et 46% ont lu des livres électroniques. Les réseaux sociaux permettent à 66% des 15-25 ans d’effectuer leurs choix sur les contenus à consulter.

Trois enjeux essentiels selon Bain & Company

Bain& Company précise qu’il faut investir dans des formats numériques natifs et animer la transformation numérique en proposant de nouveaux modèles de création et de distribution. Il faut également repenser les modèles de monétisation et mettant la donnée au centre du dispositif et ne pas compter que sur les publicités et renforcer l’alliance entre métiers de contenu et réseaux de communication en définissant les équilibres économiques en motivant les acteurs du numérique à proposer de nouvelles expériences culturelles numériques pour les consommateurs.Le cabinet indique en conclusion que la croissance future appartient aux formats natifs numériques et qu’une évolution appelle à une transformation au plus haut niveau des industries culturelles. Le respect de ces enjeux assurera la pérennité des modèles économiques et des investissements.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here