La Hadopi se sépare de son secrétaire général, Eric Walter

La Hadopi se sépare de son secrétaire général, Eric Walter

La Hadopi vient de se séparer de son secrétaire général, Eric Walter. Il a quitté ses fonctions en fin de semaine dernière.

Publié le 3 août 2015 - 15:35 par François Giraud

Eric Walter, secrétaire général de la Hadopi quitte ses fonctions

Le secrétaire général de la Hadopi vient de quitter ses fonctions ce 1er août 2015. Il a publié un message sur Twitter annonçant qu’il n’est plus en poste à la Hadopi depuis le début du mois. Selon diverses rumeurs qui fuitent sur la Toile, Eric Walter aurait été licencié en début de semaine dernière. Ce haut fonctionnaire avait pris ses fonctions au sein de la Haute Autorité en mars 2010. Une décision qui pourrait être liée au contexte de la Hadopi, qui recherche actuellement un nouveau souffle. Eric Watier était notamment accusé de ne plus tenir un discours assez répressif à l’égard du piratage.

Rappelons que les parlementaires sont inquiets de l’efficacité de l’autorité. De plus, les diverses investigations menées par la Hadopi coûtent cher et l’autorité doit montrer qu’elle est efficace et nécessaire. Un rapport des sénateurs Corinne Bouchoux et Loïc Hervé préconise 12 mesures destinées à rénover et probablement sauver la Hadopi, la Haute Autorité pour la diffusion ds œuvres et la protection des droits sur Internet, le gendarme du téléchargement illégal sur la Toile. Ce rapport a été présenté le jeudi 9 juillet 2015 et montre la situation actuelle de l’Hadopi à travers un texte intitulé : « La Hadopi : totem et tabou« .

04822096-photo-hadopi

Publicité

Le texte en question préconise 12 mesures pour rénover la Hadopi dans son ensemble, avec de nombreuses perspectives pour revoir son fonctionnement qui a été victime de nombreuses restrictions budgétaires et de l’absence de soutien politique. La liste des problèmes énumérés dans le rapport et rencontrés par la Hadopi est longue. Cette autorité n’a jamais réellement trouvé sa place et sa vitesse de croisière à cause de problèmes politiques internes et externes. Pour les parlementaires, il est urgent de prendre des mesures et de proposer des solutions. Les sénateurs estiment également qu’il faudrait que le gouvernement alloue un budget supplémentaire de dix millions d’euros pour que le gendarme de l’Internet soit réellement efficace.



Ailleurs sur le web


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *