Nikon déçoit la bourse de Tokyo

La machine Nikon gripée, l’action Nikon dévisse, record de baisse depuis 1985

Selon Bloomberg, Nikon voit son titre dévisser en bourse suite à l’annonce de résultats en deçà des prévisions initialement annoncées. Il s’agit de la plus forte baisse enregistrée par Nikon Corp. à la bourse de Tokyo depuis 1985. L’origine des résultats en demi-teinte pour Nikon : une demande européenne qui cale et des prix de vente de plus en plus bas. Ce sont 19% qu’a perdu le titre Nikon à Tokyo hier, pour finir à 2139 yens, la plus forte baisse parmi les 225 entreprises qui rentrent dans la composition de l’indice Nikkei 225.

Publié le 8 février 2013 - 16:50 par La rédaction

Nikon : le titre perd 19%

Pour l’exercice comptable en cours, qui se clôture fin mars traditionnellement, Nikon devrait enregistrer un résultat net de 38 milliards de yens soit environ 320 millions d’euros. Si le résultat paraît honorable, il est à comparer avec les 60 milliards de yens initialement prévus. Ces nouvelles prévisions ont été rendues publiques hier par Nikon qui précise que les prix des reflex numériques entrée de gamme sont en continuelle baisse depuis le mois de novembre dernier du fait d’une demande en berne et d’une compétition de plus en plus importante. Nikon précise également qu’il faudra un à deux trimestres pour confirmer ou infirmer cette tendance et voir éventuellement Nikon améliorer à la fois ses prix de vente et ses marges. Nikon en a profité pour revoir ses prévisions de vente à la baisse, mais très légèrement, retranchant seulement 100 000 unités aux 7,1 millions de reflex numériques que la marque comptait vendre cette année. Le nombre d’objectifs que Nikon comptait écouler a lui aussi été revu à la baisse, passant de 10 millions d’unités à 9,2 millions. Pour ce qui est du compact numérique, Nikon n’a pas retouché ses objectifs qui restent à 17 millions d’unités.

Novembre 2012 : -14% sur le global des appareils photo

Le marché de la photo numérique subit de plein fouet les turbulences conjoncturelles, plus appuyées en Europe qu’ailleurs, avec une baisse globale du nombre d’appareils photo expédiés de par le monde au mois de novembre en baisse de 14% par rapport au mois précédent selon CIPA. Un boycot du marché chinois sur les produits japonais a d’ailleurs contribué à cette contre-performance.

Une gamme Nikon largement revue en 2012

Les ambitions de Nikon sur l’exercice qui s’achève ce printemps pouvaient être légitimement élevées, car cette année, Nikon a pratiquement renouvelé toute sa gamme de reflex numériques. Les grands travaux ont commencé avec la sortie au printemps dernier du Nikon D3200, l’entrée de gamme désormais dotée d’un capteur 24 mégapixels après la mise sur le marché du nouveau reflex pro, le Nikon D4. Vint ensuite un boîtier très attendu, le Nikon D800, avec son capteur Full Frame de 36 mégapixels qui s’est littéralement arraché lors des premières semaines de sa commercialisation. Toujours dans l’univers Full Frame, Nikon a ensuite sorti le Nikon D600, un boîtier plein format relativement compact et meilleur marché que le D800, en tout cas un peu plus accessible aux photographes amateurs. Enfin, c’est la gamme « amateur avancé » qui a été au centre des préoccupations de Nikon avec la sortie du Test Nikon D5200 (le test du Nikon D5200 est à lire dans les tout prochains jours sur www.zone-numerique.com), remplaçant le D5100 et qui embarque de nombreux éléments du reflex numérique expert D7000 dans un boîtier un peu plus entré de gamme. On attend d’ailleurs le renouvellement du D7000 avec un éventuel D7100 / D7200 dans les semaines/mois qui viennent. Sur le marché des compacts numériques et objectifs interchangeables, Nikon a opté pour une solution très grand publique avec un capteur de petites dimensions et un positionnement appuyé par des moyens marketing colossaux. Nikon a connus une actualité intense pour sa famille d’objectifs Nikkor qui a été largement revue avec la sortie de nombreux objectifs 24×36 abordables comme autant d’alternatives aux versions les plus pros.

Canon reste optimiste

Canon de son côté a confirmé le mois dernier, rappelle Bloomberg, un résultat en hausse de 40% pour 2013, de bons résultats escomptés poussés par un yen faible et une demande de plus en plus importante sur ses modèles les plus chers. Canon aussi a largement revisité son offre de reflex numérique ces 12/18 derniers mois avec la sortie du Canon EOS 5D Mark III, du Canon EOS-1D X, de la déclinaison de la famille EOS cinéma, du reflex numérique amateur et EOS 650D avec son autofocus hybride et enfin sa version grand publique du reflex numérique Full Frame, le Canon EOS 6D, doté du Wifi et du GPS, que nous testons en ce moment même avec la version II de l’objectif très pro 24-70 mm.

Advertisements

Ailleurs sur le web