Une réelle surprise ?

Si je vous dis Lunar ou Stellar, vous risquez certainement de donner le titre du nouveau film de Christopher Nolan. Il s’agit en fait de modèles d’appareils photo Hasselblad vendus au grand public. Enfin Hasselblad, pas tout à fait. En fait, ce sont des modèles Sony qui, une fois passés dans ce fameux centre de design italien, ressortaient vêtus d’un look particulier, recouverts de matériaux nobles, et environ dix fois plus chers. Dans l’idée, la marque voulait concurrencer Leica, en offrant des appareils au design avant-gardistes (on n’a pas le droit de dire « moches », c’est trop subjectif et pas assez « pro ») totalement personnalisables. Cuir, or, platine, titane, autant de matériaux chers et nobles, censés apporter une touche d’exception à des appareils que n’importe qui pouvait trouver à la Fnac. Si dans le fond l’idée n’était pas mauvaise (proposer une approche fashion-lifestyle de l’appareil photo, différente de celle proposée par Leica n’était pas idiot, de plus, avec une marque au nom aussi prestigieux que « Blad »), la marque ne s’y est finalement pas bien prise. Conséquence : le centre de design italien situé à Trevisio devrait, selon une source de SonyAlphaRumors, fermer prochainement ses portes.

Hasselblad-Stellar-Zebra_white_2Boitier en titane, écran arrière en verre saphir, poignée en bois rare, beaucoup de frais pour pas grand chose…

Le pire, c’est que pour avoir discuté de la conception de ces appareils avec la marque, j’ai appris que malgré les coûts finaux élevés des produits, les marges étaient faibles (la faute à la conception artisanale, et aux matériaux). Reste que personne n’a eu envie de payer un Sony RX100 1770€ (prix en 2013) ou 12 000$ pour un Sony A99 customisé.

Lunar_okLe Lunar, un Sony Nex-7 aux modifications esthétiques… particulières

 Les raisons de cet échec sont nombreuses :

– Une direction du design plus que discutable (cf le Stellar ci-dessus) donnant l’impression qu’on a réalisé du tuning de mauvais goût avec des matériaux onéreux sur des modèles Sony pas assez maquillés
– Une mauvaise communication
– Un marché de niche flou
– Le concurrent Leica bien plus affûté
– Des prix impossibles à justifier (comment une customisation peut-elle coûter aussi cher ?)

Hasselblad-HV_front_w-820x420

Bref, une mauvaise idée, une mauvaise exécution, et un échec ternissant quelque peu l’image d’une marque dont on retrouve les appareils moyen format dans les mains de Karl Lagerfeld.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here