L’Arcep annonce 26,54 millions d’abonnements Haut et THD sur les réseaux fixes

L’Arcep publie les résultats de son observatoire au 30 septembre 2015 sur les abonnements haut débit et très haut débit sur les fixes dans l’hexagone. Le gendarme des Télécoms enregistre 26,54 millions d’abonnements, en hausse de +3,4%, sur un an, soit une croissance nette de 270 000 abonnements sur le troisième trimestre 2015 et de 890 000 abonnements par rapport à l’an dernier à la même période.

Le nombre d’abonnements au très haut débit s’élève à 3,9 millions à la fin du troisième trimestre 2015, comprenant 1,25 million d’abonnements internet à très haut débit en fibre optique de bout en bout soit une hausse de 115 000 au cours du trimestre et de 57% en un an, 1,135 million d’autres abonnements à très haut débit dont le débit est supérieur ou égal à 100 Mbit/s, dont les accès en fibre optique avec terminaison en câble coaxial, soit une augmentation de 125 000 en un trimestre et de 33% en un an ainsi que 1,495 million d’autres abonnements à très haut débit dont le débit est compris entre 30 et 100 Mbit/s, dont les accès en fibre optique avec terminaison en câble coaxial et en VDSL2.

Arcep Logo

Le nombre d’abonnements FttH représente désormais 25% du nombre total des logements éligibles FTTH, en croissance d’1% en un trimestre et de 3% en un an. Le nombre d’abonnements à haut débit s’élève à 22,7 millions, en recul de 500 000 par rapport au troisième trimestre 2014. Le nombre d’abonnements internet à haut et très haut débit sur réseaux fixes inclut les abonnements xDSL, câble, fibre optique, BLR, satellite et wifi. Il n’inclut pas les raccordements dédiés pour les entreprises. A la fin du 3e trimestre 2015, 14,2 millions de logements étaient ainsi éligibles à des services à très haut débit.

SFR revendique aujourd’hui 7,4 millions de prises THD et prévoit d’en installer 12 millions avant 2017. Orange, de son côté devrait compter 12 millions de prises en 2018 et 20 millions en 2022. Bouygues Telecom vise deux millions de prises fin 2015 et Free, 4,5 millions en partenariat avec Orange. Le ministre de l’Economie surveillera l’avancée des travaux via des réunions qui seront organisées tous les deux à trois mois avec les opérateurs.

Au niveau des zones blanches, des zones non couvertes par la téléphonie mobile, une cartographie sera également proposée prochainement. Les zones couvertes en 3G seront répertoriées au cours de l’année 2017. Dès 2016, l’ensemble du territoire devra être couvert en 2G. Un accord entre les opérateurs, l’Arcep et le gouvernement avait été signé en mai dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here